Le buggy de poche : l'aube d'une trajectoire industrielle ? ...
Écrit par Mac Rodgers   
20-05-2006
Le buggy de poche : l'aube d'une trajectoire industrielle ?
Ou un ÈphÈmËre gadget sans avenir commercial ?

photo01.jpgNous en avons rÍvÈ enfant : Un petit vÈhicule, maniable, vif et alerte, ÈquipÈ díun moteur thermique. Capable díÍtre utilisÈ sur la route et sur les chemins ; pouvant servir ‡ se dÈplacer, mais pouvant ausi nous procurer les sensations díun pilote de rallye ‡ moindre frais et moindre risque.


Pour reprendre lĂ­expression de Frederic Benedetti. ÂŽ Nous en avons rÍvÈÖ Ils lĂ­ont fait ! ÂȘÖ Nous nous sommes procurÈs les premiers engins disponibles, et depuis notre engouement va croissantÖ


Nous avons pourtant largement dÈpassÈ lí‚ge de la culotte courte, et nos attentes sont celles díadultes consommateurs/citoyens, qui níont rien ‡ voir avec les moyens díaction liÈs au jeune ‚geÖ

Force est de constater quĂ­aucun vÈhicule rÈpondant ‡ la dÈfinition du ÂŽ Buggy de poche ÂȘ, telle que notre association lĂ­a dÈfinie (Quadricycle ‡ moteur [moins de 20cv] dans lequel le conducteur est assis face ‡ la route, devant un volant lui permettant de piloter le vÈhicule.), ne correspond aux standards de la plupart des autres ÂŽ biens de consommation ÂȘ mis sur le marchÈ, et autorisÈs ‡ rouler sur nos routes europÈennes.

Une fois ce constat Ètabli, il ne me semble plus y avoir que deux solutionsÖ

  • Abandonner son rÍve, revendre son vÈhicule, et attendre que le prochain modËle soit meilleurÖ EspÈrer que le fruit du mÈcontentement forcera les constructeurs ‡ amÈliorer les produits proposÈs ‡ la vente. Dans cette dynamique, cĂ­est alors toujours la nouveautÈ ‡ venir qui est la plus tentanteÖ

  • Accepter lĂ­imperfection, la dÈnoncer, pour travailler avec les intervenants sÈrieux sur le segment, pour que les machines sĂ­amÈliorent et que chacun en tire les bÈnÈfices, utilisateurs et commerÁants.

Nous avons choisi cette deuxiËme solution car nous espÈrons dÈmontrer que la dynamique díun marchÈ ou la trajectoire díun produit est liÈe a líÈquilibre dÈlicat rÈalisÈ entre, líengouement pour le produit, la satisfaction des consommateurs et líintÈrÍt du commerÁant, du fabricant, du distributeur et ‡ la fin du client.

ÂŽIl suffirait que plus personne nĂ­achËte pour plus que Áa se vende ÂȘ disait ColucheÖPour les buggys de poche, la problÈmatique reste la mÍmeÖEn refusant de sĂ­insÈrer dans une dynamique positive, le client risque de ne plus rien se voir proposer ou díÍtre soumit au syndrome de la ÂŽ nouvelle machine miracle ÂȘ



Que se serait il passÈ si personne níavait achetÈ díordinateur AMSTRAD sous prÈtexte quíun jour des machines plus performantes verraient le jour ? Des ordinateurs performants auraient ils pu Ítre imaginÈs ?

Quíen serait-il des automobiles si líinvestissement rÈalisÈ par FORD níavait intÈressÈ personne ? La Ford T a sÈduit son public, car elle rÈpondait ‡ un besoin. LíÈquilibre, ‡ líÈpoque, entre risque industriel pris, demande et satisfaction du public Ètait bon.

Cíest le besoin díun tel Èquilibre qui fait progresser un concept. LíintÈrÍt des commerÁants et celui du public va de pair. Cíest pourquoi il nous faut clairement Ètablir les intervenants sÈrieux dans le paysage, tant en terme de consommateurs quíen terme de vendeurs.

Cela, sous peine de voir Èternellement surgir des opportunistes qui ne pÈrenniseront jamais le type díengin que nous voulons.

Cíest sur ces bases que je me propose de dÈvelopper mes arguments.


Je míintÈresse au buggy de poche depuis bientÙt deux annÈes, au dÈtour de la dÈcouverte du PGO 150 prÈsentÈ dans un reportage tÈlÈvisÈ. Jíai suivi les commentaires des premiers utilisateurs et ai dÈcidÈ de míoffrir un de ces jouets.
Ayant pris connaissance des petits ennuis de jeunesse du PGO et compte tenu du prix de vente ÈlevÈ et des possibilitÈs locales autour de moi, jíai optÈ pour un DAZON 175 achetÈ chez un revendeur MINICO.


LĂ­idÈe de lĂ­association est venue ‡ ceux qui partageaient leurs expÈriences pour faire face aux innombrables petits ennuis gÈnÈrÈs par leur passe temps favori : Une chose Ètait sure, sans recours ‡ la ÂŽ bricole ÂȘ impossible de rouler de faÁon rÈguliËre en buggy de pocheÖ
Partageant la mÍme passion, un groupe de personne valorisait les Èchanges en y ajoutant du lien social : Le BPAF Ètait nÈ !


Le premier travail fut díidentifier les lieux de production des engins car de nombreuses marques diffÈrentes commenÁaient ‡ submerger ce petit marchÈ ou líabsence de contrÙle Ètait patent.

En fait, peu díusines fabriquaient, et les machines Ètaient essentiellement asiatiques. Les mÍmes produits Ètant badgÈs de diffÈrentes faÁons, en fonction de ceux qui faisaient líinvestissement de líimportation díun container de machine.
Le prix sorti díusine, combinÈ avec des pratiques commerciales douteuses (50% ‡ la commande) permettaient mÍme ‡ certains de ne prendre aucun risque pÈcuniaireÖ


Ainsi, nous avons choisi de ne parler que des machines dont nous pouvions suivre la trace et qui avaient un rÈseau de distribution sinon transparent, au moins connu.

  • Les PGO, (exclusivement badgÈs PGO compte tenu de la relation importateur/constructeur).
  • Les Xinling (Tom do, Jeeps, sumo kart, herroway, etcÖ)
  • Les Saiting (ALP, Crossrider, Gospeed)
  • Les Dazon (minico et yazuka)
  • Les Xingyues (tom gun et minico)
  • Les Buggys AXR (Crossbone et Carbone)

Bien que les vÈhicules Secma (fun quad) níentrent pas dans notre champs díÈtude, nous les citons ici compte tenu de leur buggy ‡ venir.

Díautres engins existent : les Aldy/Roxxon (plus distribuÈs en France), les Kinroads, et probablement des Wangyues que nous ne connaissons pas assez.

Nous ne pouvons nier que tous ces buggys ne permettent pas ‡ leur propriÈtaire de rouler, sans une surveillance accrue. Quelques interventions mÈcaniques et sur les pÈriphÈriques sont nÈcessaires pour palier le manque de qualitÈ du vÈhicule díorigine.

Cíest un fait que nous dÈplorons, mais avec lequel nous composons, et qui fonde les relations que nous entretenons entre membres de líassociation.

Parmi les dÈfauts constatÈs

PGO 150
Des problËmes bÈnins de circuits Èlectriques (charge batterie), de circuit de freinage, de peinture, de c‚ble dĂ­inverseurs, ont ÈtÈ rapidement rÈsolus par une mise ‡ niveau. CĂ­est lĂ­engin rÈputÈ le plus fiable, et la connaissance quĂ­en ont les passionnÈs, liÈs aux efforts du constructeur en font un produit tout ‡ fait satisfaisant. Il est a remarquer que cĂ­est lĂ­engin le plus ÂŽ ancien ÂȘ, preuve que la longÈvitÈ de la carriËre dĂ­un modËle en accroÓt le degrÈ dĂ­excellence. La nouvelle mouture BR 150 est sans reproche marquant.

PGO 250
Beaucoup de problËmes lors de son lancementÖ Parmi les plus remarquÈs :
FragilitÈ des cardans, de la Peinture, du dÈmarreur, du pot díÈchappement. EtanchÈitÈ du circuit Èlectrique, chauffe moteur, ergonomie, rÈglage inverseur (mais cíest un problËme rÈcurant sur tous les buggys)
Des modifications ont ÈtÈ apportÈes, quĂ­on peut rÈsumer en lĂ­existence de 3 ÂŽ gÈnÈrations ÂȘ, pour finir actuellement sur une nouvelle version : le BR 250 R adoptant un radiateur ‡ lĂ­avant.


Dazon 175
Chauffe irrÈmÈdiable liÈ ‡ la position du radiateur et ‡ une mauvaise mise en service (Le problËme de la mise en service du systËme de refroidissement est commun ‡ tous les buggys). Beaucoup de ces buggys ont ÈtÈ repris en France par líimportateur MINICO.

Dazon 150
FragilitÈ des roulements avant, rÈglage inverseur, qualitÈ des soudures. Surpression sous le cache culasse, absence de tachymËtre, relais de dÈmarreur, contacteur ‡ clef Ö Plusieurs version de ce modËle sont sorties, et les derniers donnent satisfaction.

Dazon 250
De graves problËmes de chauffe liÈs ‡ un souci de qualitÈ de joint de culasse combinÈ avec des Ècrous de serrage inadaptÈs ont convaincu Minico de retirer les premiers modËles du marchÈ. Globalement, la qualitÈ des matÈriaux et díusinage des piËces participe ‡ la fragilitÈ gÈnÈrale de ce buggy. Des efforts ont ÈtÈ faits sur les derniers modËles et il devient plus facile de palier au dÈfaut structurel de la machine gr‚ce au montage (en particulier en surveillant la visserie). De plus, Il est important de souligner que la solution retenue initialement pour rendre indÈpendant les bras oscillants ont ÈtÈ abandonnÈs (systËme des deux chaÓnes trop fragile et compliquÈ) pour revenir ‡ la solution díun arbre rigide.

Saiting 250
Inverseur de faible qualitÈ
Pot díorigine inadaptÈ
FragilitÈ des roulements arriËres due ‡ un dÈfaut de gÈomÈtrie des supports,
Soudures fragiles sur les pÈriphÈriques (commun tout buggy),
Centrale clignotant, qualitÈ visserie, conception Ètrier de frein arriËre
Arbre de transmission fragile.
De nombreuses modifications ont ÈtÈ apportÈes par líusine et/ou par les importateurs en relation avec elle. Ce buggy nÈcessite des amÈliorations rÈalisÈes par certains vendeurs (3eme palier en particulier).

Xinling
La qualitÈ de fabrication est aux standards chinoisÖ C'est-‡-dire difficilement conciliable avec líutilisation europÈenneÖ
Transmission ‡ double chaÓne difficilement rÈglable et souvent fatale aux roulements sur le 250.
QualitÈ de líinverseur faible, ajustements approximatifs. ProblËme de conception au niveau de líÈtrier de frein arriËre. PÈriphÈrique de piËtre qualitÈ (c‚ble, levier visserie, joints, roulements)
GÈomÈtrie rendant le buggy trËs sous vireurÖ
Il faut beaucoup de soin au montage pour Èviter les problËmes de vibration et soulager les contraintes des piËces boulonnÈes ensemble.
Díune maniËre gÈnÈrale, la qualitÈ díusinage des moteurs est faible et beaucoup de paramËtres non optimisÈs (alignement des axes, rigueur de calibrage des piËces, et mÍme provenance des moteursÖ) font que díun buggy ‡ líautre, les engins síen trouvent transformÈs.


AXR
Ici le problËme devrait Ítre diffÈrent puisque le buggy est assemblÈ en France (Romorantin) et que 95% des piËces sont díorigine europÈenne. Ce buggy níÈchappe pourtant pas aux reproches :
GÈomÈtrie du train avant et arriËre se dÈrÈglant assez facilement, et usant prÈmaturÈment les pneumatiques
FragilitÈ du support de roue avants
EtanchÈitÈ des compteurs, du rÈservoir de liquide de frein. Supports moteurs fragiles.
Plastiques fragiles.
Quelques problËmes de rÈgularitÈ dans la rÈpartition ÂŽ matiËre ÂȘ des rÈservoirs de carburant.
Protection thermique du mÍme rÈservoir un peu juste.
Fuite au niveau de la jauge ‡ essence et ÈtanchÈitÈ du mÍme rÈservoir
Quelques soucis díÈtanchÈitÈ du systËme Èlectrique

Xingyue
Nous avons peu de recul sur cette machine, mais avons dÈj‡ constatÈ des diffÈrences entre ceux essayÈs chez Imagik bike et ceux importÈs par Minico (performance, ajustement train avant) .
Il est probable que ce buggy aura les mÍmes ennuis que les autres, liÈs ‡ la fabrication en Chine malgrÈ un effort fait dans le calibrage des matÈriaux (section tube par exemple). Nous espÈrons que les solutions techniques retenues et innovantes (diffÈrentiel, amortisseurs avants ‡ renvoiÖ) ne seront pas source de problËmes plus difficiles ‡ gÈrer.

A noter ...
Les moteurs licence Honda (PGO pour 150, Kimco pour BR250, Chufeng moteur pour Saiting, Zhejiang Taizhou Wangyue et C.F. pour xinling) nĂ­ont jamais posÈ de graves problËmes. Seul les Dazon ont pu Ítre sujet ‡ reproche sur certaines sÈries.Les autres, licence yamaha sur les Xingyue et marque morini sur AXR ont une carriËre sur dĂ­autres engins qui nous permet díÍtre serein en matiËre de fiabilitÈ mÈcanique. MÍme si la qualitÈ ÂŽ matiËre ÂȘ des moteurs chinois est beaucoup moins bonne que celle des moteurs originaux (Morini Italie).


Cette ÂŽ revue ÂȘ des problËmes et faiblesse ne se veut pas exhaustive et parfaitement construite. Elle ne vient ici que pour mettre en lumiËre un constat plus gÈnÈral : Aucun buggy sur le marchÈ ne peut actuellement revendiquer une fiabilitÈ comparable ‡ celle attendue par un acheteur automobile.

Cela est ÂŽ normal ÂȘ ! Puisque ces engins ne SONT PAS des automobiles, ni dans leur aspect, ni dans leur classement, ni dans leur utilisation. Si cela Ètait le cas, lĂ­engouement pour ces machines ne serait pas aussi spÈcifique, et le BPAF nĂ­aurait pas eu lieu díÍtre.

Nous sommes FAN de buggy de poche, et il nous faut reconnaÓtre quíactuellement en possÈder un nous expose ‡ ce constat implacable : Il faudra faire avec !

Ce constat fait, et si le choix de continuer lĂ­activitÈ perdure, il faut aller plus loin et Ășuvrer pour amÈliorer les chosesÖ

Dans un premier temps il est nÈcessaire de classer les problËmes en plusieurs catÈgories. Les problËmes de conception, ceux de qualitÈ de fabrication, et enfin ceux liÈes ‡ la vente.

Les problËmes de conceptions sont graves et doivent Ítre rÈsolus par le bureau de dÈveloppement du constructeur. Cela a un co˚t qui est loin díÍtre nÈgligeable. Si les usines chinoises commencent ‡ síattacher au problËme, il est vrai que la collaboration de spÈcialistes liÈ aux importateurs est primordiale.

A ce titre PGO, gr‚ce ‡ Mr Perraudin est entrÈ dans cette logique. Le Bugster, puis le BR250 ont subi une Èvolution dans leur fabrication ÂŽ usine ÂȘ (cardans, ergonomie ch‚ssis, radiateur). LĂ­engin est vÈritablement dÈveloppÈ par un professionnel compÈtent et attentif. Nous regrettons que ses efforts soient essentiellement tournÈs vers la mise au point des engins, et quĂ­il ne soit pas apportÈ a la ÂŽ communication client ÂȘ avec la mÍme attention...

Les autres buggys asiatiques, Saiting, Xinyue et Xinling, nĂ­ayant pas dĂ­importateurs ÂŽ exclusifs ÂȘ sont moins ‡ mÍme de travailler sur cette voie. Bien que Minico et Mr Simons (importateur DZ Benelux), soient sur une dynamique de dÈveloppement avec lĂ­usine Dazon (moteurs, transmission)


AXR quand ‡ eux, possËdent cette structure de dÈveloppement, et normalement sont a mÍme de rectifier le tir trËs rapidement sous rÈserve que la politique de gestion le permetteÖ.

Les problËmes liÈs ‡ la qualitÈ de fabrication peuvent Ítre rÈsolus pour autant que le distributeur/importateur fasse le nÈcessaire.
A ce titre, ALP sont des professionnels dont líexemple est ‡ suivre (Du fait de sa conception simple et rustique, le Saiting a peu de problËme de conception) : remplacement díune partie de la visserie, soin apportÈ au montage, rectification des Ètriers de frein, montage díune ligne díÈchappement, prÈparation moteur (galets, gicleur), montage díun 3eme palier sur líarbre de transmission, proposition de piËce de remplacement.
A noter Ègalement que les importateurs obtiennent des modifications qui síimposent ‡ líusine. GÈomÈtrie train avant, remplacement des pÈriphÈriques etc.Ö


Les problËmes liÈs ‡ la vente seront rÈglÈs en fonction du professionnalisme du commerÁant. Du montage, au conseil, en passant par líapprovisionnement en piËces dÈtachÈes, et la parfaite connaissance de líengin, beaucoup de petits ennuis peuvent Ítre rÈsolus au niveau de ce maillon de la chaÓneÖ Vendre du buggy est un peu un sacerdoce, les vendeurs intÈressÈs uniquement par une prise de marge rapide, seront forcement dÈÁus.

Pour conclure, il nous faut reconnaÓtre que les buggys de poche ne sont pas fiables ‡ 100%. Les buggys asiatiques sans importateurs officiels ou distributeurs structurÈs, probablement moins que les autresÖ Pourtant nous restons persuadÈ que des solutions existent et certaines ont dÈj‡ ÈtÈ mises en Ășuvre pour amÈliorer le niveau de qualitÈ des engins qui nous sont proposÈs ‡ la vente.

Nous nĂ­avons pas le choix : pour que le buggy de poche continue dĂ­exister, il faut quĂ­il se vende ! Et pour quĂ­il se vende, il faut quĂ­il devienne meilleur !

Cíest líintÈrÍt des usagers et des professionnels. Il existe des voies díamÈlioration : Elles rÈsident dans líÈquilibre du rapport de force (et du rapport díeffort) entre les constructeurs, les distributeurs/importateurs, et les revendeurs. Cíest líÈquilibre entre ces diffÈrentes structures qui permettra de faire avancer les choses.

Dans cette Èquation, le dernier maillon reste, bien sur, les clientsÖ. Je devrais dire, les passionnÈs, car líachat díune telle machine est symptomatique díun certain Ètat díesprit militant.

Dans cette optique, líavenir du buggy de poche devrait se trouver dans la communication entretenue entre des professionnels qui constatent les problËmes, les recherchent parmi les utilisateurs, sans les nier, pour y remÈdier ; et les utilisateurs sincËres, motivÈs pour que leur passe temps soit toujours plus facile díaccËs.


Au BPAF, cíest cette Ènergie que nous rassemblons ...


Nous nous refusons ‡ jeter líÈponge ! Nous ne sommes pas de ceux qui ne mettent líaccent que sur les points nÈgatifs, sans proposer de solutions.
Nous níavons rien ‡ prouver en tant que personne, nous savons juste que le buggy, cíest nous qui le faisons vivre avec 70 membres actifs en France et au Benelux, avec 600 membres inscrits sur notre forum (1,5 de plus chaque jour depuis son ouverture !).
Ce forum (
http://bpaf.forumactif.com/ ) compte plus de 25000 messages, et une frÈquentation journaliËre moyenne constatÈe jusque ici, entre 1300 et 2500 pages lues par jour. Si ces chiffres sont de nature ‡ convaincre nos partenaires que leur intÈrÍt, et líintÈrÍt du buggy se trouve au BPAF, il nous faudra les publierÖ
Mais en tout cas, notre ambition, cíest bien de dÈvelopper et de promouvoir le buggy de poche, pas de se poser la question de son existence !

(Article 15 du 20/05/2006)