ProblËmes de fiabilitÈ : la plaie pour tout le monde !!! ...
Écrit par Mac Rodgers   
06-06-2005

ProblËmes de fiabilitÈ : la plaie pour tout le monde !!!

Une raison pour se rapprocher ?


Trois semaines dÈj‡ depuis líarticle prÈcÈdent. Une quantitÈ non nÈgligeable de faits nous poussent ‡ publier ‡ un rythme un peu plus ÈlevÈ que celui prÈvu au dÈpart. Cette pÈriode de trois semaines a ÈtÈ marquÈe par deux ÈvÈnements qui ont probablement quelques rapports entre eux.


1- Tout díabord la politique commerciale des deux leaders sur le marchÈ du buggy est entachÈe par les problËmes de fiabilitÈ de leurs produits.

Euromotor retarde une nouvelle fois la livraison des nouvelles machines promises voila maintenant un moisÖ Apparemment les pignons de boÓtes des bugrider 250 utilisÈs lors díune dÈmonstration professionnelle níont pas tenus le choc : líacier chinois crie gr‚ce, et cíest le container dÈj‡ chargÈ en Chine quíil faut dÈbarquer pour faire la remise ‡ niveau l‡-bas.

Le co˚t quĂ­aurait reprÈsentÈ les modifications en Europe via le rÈseau de distributeurs aurait ÈtÈ bien plus ÈlevÈ, tant en terme dĂ­image (le client aurait d˚ ramener son engin ÂŽ cassÈ ÂȘ), quĂ­en terme pÈcuniaireÖ

Minico continue ‡ reprendre des vÈhicules qui connaissent des problËmes de joints de culasse, voire dĂ­autres avaries dues ‡ une fiabilitÈ dans le temps approximativeÖ Nous attendons comme eux, lĂ­arrivÈe du nouveau 150 ‡ refroidissement ‡ huile qui serait dĂ­une fiabilitÈ plus ÂŽ ÈprouvÈe ÂȘ. Nous espÈrons que cet engin nĂ­est pas une simple rÈplique des xinling 150. Minico nous assure de lĂ­originalitÈ du produit, nous attendons avec impatience de pouvoir líÈprouver, et avons dÈj‡ demandÈ ‡ lĂ­essayerÖ

Minico, Euromotor, une similitude avec les produits ÂŽ buggys ÂȘ prÈsents sur leur catalogue : la fiabilitÈ !

Nous tenons tout díabord ‡ saluer la faÁon dont ces deux grandes entreprises ont rÈagi face ‡ ces problËmes :

Euromotor, en assumant le retard de livraison de faÁon ‡ livrer un produit ‡ niveau.

Minico, en reconnaissant lĂ­existence des problËmes et en reprenant les engins dÈfectueux. Nous ne pouvons que prÈconiser la prudence vis-‡-vis des vendeurs ÂŽ sauvages ÂȘ vu le risque ÈlevÈ que reprÈsente lĂ­achat de cet engin si ludique. Il nous paraÓt essentiel dĂ­avoir un vrai interlocuteur responsable en la personne du vendeur, sous peine de devoir assumer le risque de lĂ­achat seul.

Nonobstant, ces ennuis de fiabilitÈ existent, et les constructeurs en sont responsables !

A eux de trouver au sein de leur dÈpartement de recherche, les solutions qui leur permettront de proposer un produit qui rÈponde ‡ nos attentes et qui puisse correspondre aux normes de fiabilitÈs affÈrentes ‡ líutilisation que nous en faisonsÖ


Si nous lancions une enquÍte sur líÈtat des engins de plus díun an, que ce passerait-il ?

A notre avis, les raisons de cette fiabilitÈ dÈfaillante níest pas seulement due a un dÈficit de dÈveloppement et de recherche. Elle est surtout la cause díune politique commerciale trop axÈe sur la diminution des co˚ts de production, afin de se mÈnager une marge brute toujours plus grande. Comment expliquer autrement, le ballet incessant des usines qui fournissent les diffÈrentes piËces, et le fait que celles-ci soient toujours plus implantÈes ‡ líintÈrieur du continent ?

PGO constructeur TaÔwanais ? Cela níest plus complËtement vrai depuis que les 250 sont assemblÈs dans une usine de Shanghai (Changning District) sur le territoire chinoisÖ PMI DAZON Arizona qui assemble lui aussi ‡ Shanghai, se fournit souvent dans les mÍmes usines o˘ sont fabriquÈ les Xinling. De nombreux fabricants de líintÈrieur sont Ègalement sollicitÈs qui, pour fournir les siËges, qui pour des chassis, qui pour des moteursÖ

Cíest cette course effrÈnÈe au moindre co˚t quíil nous faut contrÙler pour amÈliorer la qualitÈ du produit dont nous avons besoin. Il est temps que les importateurs se rendent compte que les problËmes de fiabilitÈ ne sont pas seulement une líaffaire du revendeur : la fiabilitÈ leur pose Ègalement un problËme et celui-ci se rÈglera dans líÈquilibre commercial ‡ rechercher entre la satisfaction du client et le prix quíil est prÍt ‡ mettre pour cela.

Mais le client ne sera jamais prÍt ‡ payer, quel que soit le prix, pour un produit qui ne remplit pas la fonction pour lequel il a ÈtÈ achetÈ. Car il ne síagirait alors plus de commerce mais díescroquerie.

Cíest la raison pour laquelle les professionnels doivent se rendre compte que nous avons tous intÈrÍt ‡ ce que les buggys soient fiables.


2- Le deuxiËme ÈvÈnement vient justement prolonger ma conclusion prÈcÈdente et amËne un dÈbut de rÈponse au problËme posÈ.

Le BPAF a ÈtÈ contactÈ en tant que tel par les professionnels du monde du buggy. Nous avons pu alors avoir un vrai contact avec des responsables de MINICO, NAN BUGGY, PHILCO et ALP. Il manque EUROMOTOR dans le tableau de famille, mais nous ne dÈsespÈrons pas.

Il est Èvident, que lorsque nous ne savons pas, nous supputons, et que ce vocabulaire rappelle trop líavis quía un mÈdecin sur une plaie quíil examine. Plus de communication sincËre devrait donc satisfaire tout le monde, et montrer la bonne santÈ du monde du Buggy !

De retour, aprËs une semaine díabsence, jíespËre avoir des nouvelles de Minico pour líessai du 150, díEuromotor pour une explication officielle sur le retard de livraison des 250, et díALP pour un essai de leur buggy quíils annoncent original.

Je voudrais Ègalement Èmettre un dernier souhait : maintenant que les importateurs savent que nous existons, et que nous comptons exister toujours plus, il serait souhaitable que le responsable national des ventes de chaque marque, reprenne le premier courrier qui leur avait ÈtÈ envoyÈ a propos díun appel pour une remise sur les ventes consenties ‡ nos adhÈrents. Il serait bon que les importateurs fassent part ‡ leurs concessionnaires des rËgles quíils souhaitent voir síappliquer en la matiËreÖ

Sans rÈaction de la structure nationale, cíest une fin de non recevoir ‡ notre demande, et cela empÍche un appel díoffre transparent qui limite de fait les volumes de ventesÖ

Loin de vouloir inflÈchir la politique de sociÈtÈs dont nous ne sommes pas partie prenante, il nous paraÓt ÂŽ normal ÂȘ que quelquĂ­un qui ÂŽ travaille ÂȘ plus avec nous (en nous proposant des prix, en participant aux ÈvÈnements que nous organisons, etcÖ) ÂŽ rÈcolte ÂȘ un volume de vente compatible avec les remises quĂ­il pourrait nous proposerÖ

Pour líinstant le BPAF níest líobjet díaucune offre officielle. Nous pensons que cela est largement d˚ ‡ une absence de politique centrale en la matiËre (importateurs).

(Article 4 du 06/06/2005)