Secma ! ... Ouvre-toi !!!!
Écrit par Lhor64 - JerÙme - Phil59 - Mac Rodgers   
12-07-2006
Secma ! ... Ouvre-toi !!!!

photo01.jpg

 

A líinstar de celle díAli baba, la caverne de M. Renard recËle de nombreux trÈsors. Des trÈsors quíil nous a ÈtÈ permis de dÈcouvrir pendant toute une journÈe en compagnie de ce chef díentreprise atypique.

Une journÈe de rÍve pour nous, qui nous permettra peut Ítre de rÈpondre ‡ la question suivante : Le fun buggy sera-t-il enfin ÂŽ LE ÂȘ buggy de poche que nous attendons tous avec tant dĂ­impatience ?



photo03.jpgphoto04.jpgphoto02.jpg

Compte tenu de lĂ­ingÈniositÈ et de la qualitÈ des produits trop mÈconnus, dÈveloppÈs par lĂ­entreprise SECMA. JíÈcrivais il y a presque deux ans, que si M. Renard se penchait avec attention sur la possibilitÈ de nous offrir un petit engin rÈpondant au cahier des charges du ÂŽ buggy de poche ÂȘ, nous aurions alors enfin le produit que nous attendons tous.

Car force est de constater, dĂ­une part, que lĂ­image des ÂŽ fun quad ÂȘ nĂ­est pas en coÔncidence avec ce que nous recherchons. Et dĂ­autre part, que tous les engins ÂŽ buggys ÂȘ proposÈs ‡ la vente jusquĂ­alors, ne satisfont pas pleinement les clients exigeants que nous sommes, habituÈs aux standards de fabrication et de fiabilitÈ europÈens.

En combinant la fiabilitÈ ÈprouvÈe des produits fabriquÈs par la SECMA, et líoriginalitÈ du concept díun petit vÈhicule ‡ deux places se pilotant assis face ‡ un volant, nous aurions alors rÈussi la gageure, díavoir trouvÈ ‡ notre porte, ce que nous avons tendance ‡ aller chercher au bout du mondeÖ.

Car enfin le paradoxe est bien l‡ : comment une entreprise familiale franÁaise, conceptrice, fabricante, qui maÓtrise de A ‡ Z la production et la vente de ses produits, peut-elle rivaliser en terme de qualitÈ et de prix avec des entreprises ayant une philosophie industrielle et commerciale basÈe sur la recherche du moindre co˚t et de la rentabilitÈ maximale ?...


SECMA fait la dÈmonstration tous les jours, que líexcellence níest pas forcÈment du cÙtÈ que líon croit. La SociÈtÈ díEtude et de Construction MÈcanique Automobile est un fleuron de líindustrie franÁaiseÖ Les Ètrangers líont apparemment compris plus rapidement que nous, puisque la part rÈservÈe ‡ líexport Ètait de 98% en 1995.

Síouvrant raisonnablement sur le marchÈ franÁais du fait díun dÈficit de communication latent, celui-ci níabsorbe actuellement que 30% des 1000 vÈhicules qui sortent chaque annÈe des ateliers. Nul doute que cette confidentialitÈ (voulue ?) pÈrennise la production.

De toute faÁon, Celle-ci ne peut pas se dÈvelopper ÈnormÈment, vu la configuration industrielle retenue. La structure est petite, les 35 salariÈs sont tous hautement qualifiÈs, et capables díune trËs grande polyvalence. Cette structure familiale a fait ses preuves, et líon sent bien la rÈticence de M. Renard ‡ mettre líÈquilibre de líentreprise en pÈril, en affichant des objectifs commerciaux trop ÈloignÈs de sa philosophie industrielle.

SECMA, ce sont des passionnÈs qui souhaitent faire bien, en contrÙlant tout, en marge des exigences díun marchÈ dont ils níÈcoutent pas continuellement les prescriptions.

Pourtant, les engins sont bons, trËs bons, et mÈriteraient une diffusion de plus grande envergureÖ La rÈussite mesurÈe et contrÙlÈe paraÓt Ítre voulue ainsi : discrËte.

Pourtant en terme de rÈussite M. Renard níest pas un dÈbutantÖ Síil est des constructeurs qui ne sont pas seulement spectateurs du crÈneau industriel qui les intÈresse, M. Renard est de ceux l‡ !

PassionnÈ dĂ­automobile, cĂ­est avant tout un inventeur, un concepteur qui a dÈposÈ une quantitÈ impressionnante de brevets. Il est capable, en gÈnial ÂŽ GÈo Trouvetou ÂȘ quĂ­il est, de concevoir et construire un engin de terrassement uniquement aux fins dĂ­amÈnager le terrain díÈvolution des jouets de son filsÖ Il nĂ­est pas farfelu pour autant, inventeur du concept de la ÂŽ voiturette ÂȘ sans permis, cĂ­est lui qui est ‡ lĂ­origine de la marque ÂŽ ERAD ÂȘ qui lui permit de faire parti des grands constructeurs de vÈhicules franÁais.

Son expertise le conduit dĂ­ailleurs, ‡ participer ‡ líÈlaboration et líÈvolution de la rÈglementation en vigueur dans ce domaine. Nous lui devons en partie, lĂ­existence en France, de la catÈgorie ÂŽ quadricycle lourd ‡ moteur ÂȘ. De ce fait, lorsque lĂ­on sĂ­adresse ‡ ce Monsieur, cĂ­est lĂ­expÈrience et lĂ­expertise de toute une vie consacrÈe aux ÂŽ petits ÂȘ engins ‡ moteur, que lĂ­on sollicite.

Monsieur Renard, son Èpouse et son fils Laurent, cĂ­est la quintessence de lĂ­esprit dĂ­invention ÂŽ ‡ la franÁaise ÂȘ, qui ne demande rien, qui travaille sans bruit, avec efficacitÈ et bonne humeur, et avec une convivialitÈ que lĂ­on ne croise pas partoutÖ En un mot, SECMA respire la passion, Et cela sent bon.



photo05.jpgphoto06.jpg photo07.jpg

Au del‡ de lĂ­aventure ÂŽ voiturette ÂȘ, SECMA prend naissance en 1995 en tentant de dÈvelopper un concept de vÈhicule ‡ deux places, mettant ses passagers ‡ lĂ­abri des intempÈries et des chocs. Le premier ÂŽ fun 50 ÂȘ a trois roues, et lĂ­objectif est de prendre une part infime au marchÈ du scooter.

 

Depuis, les 8500 m2 de líusine produisent un millier de vÈhicules/an repartis sur une gamme assez large.

Pour ne parler que des plus connus nous citerons :

  • Les ÂŽ fun tech ÂȘ 50 et 340(version ÂŽ civilisÈe ÂȘ)
  • Les ÂŽ fun quad ÂȘ 50 et 340 (version tout terrain)
  • Les ÂŽ fun elec ÂȘ ces vÈhicules en propulsion Èlectrique
  • Les Fun EXTREM 500. Un roadster de 20cv
  • Le fun runner. EquipÈ dĂ­un moteur Peugeot 1.4cc de 80cv, cĂ­est un tricycle ÂŽ dÈcoiffant ÂȘ
  • Un vÈhicule ‡ 6 roues, complËtement atypique. La piËce supportant et articulant les deux roues arriËre est une piËce dĂ­orfËvrerie mÈcanique
  • Le fun buggy (dispo septembre 2006)

photo08.jpgphoto09.jpgphoto10.jpgphoto11.jpg



photo12.jpg

Nous ne doutons pas que ce buggy saura trouver sa clientËle en France et que la production de la SECMA cessera quelque peu, díÍtre essentiellement tournÈe ‡ líexportation.


Le fun buggy

 

Ce qui frappe en premier, dans líusine, cíest líeffervescence. On conÁoit, on dessine, on fabrique, on soude, on expÈdieÖ En fait, la vraie diffÈrence avec AXR par exemple, cíest la volontÈ de ne pas Ítre seulement un assembleur.
Autant nous avions pu constater que les piËces prÈsentes sur les chaÓnes du Crossbone Ètaient de qualitÈ et de provenance pour la majoritÈ, europÈennes ; autant ici, nous les voyons se fabriquer sous nos yeux. Les barres de mÈtal, arrivent dĂ­un cotÈ et se transforment gr‚ce aux machines outils, en pots díÈchappement ou en cardans ÂŽ made in SECMA ÂȘ.
La qualitÈ de líacier est remarquable, et la couleur des piËces usinÈes nía rien ‡ voir avec celle nous venant de Chine.


photo13.jpgphoto14.jpg

InterrogÈ sur les raisons qui le poussent ‡ fabriquer lui-mÍme ses piËces, M. Renard nous fait une rÈponse atypique qui ní‡ rien a voir avec la langue de bois.

PlutÙt que justifier ce parti pris avec des arguments qui mettraient en avant la recherche de qualitÈ par rapport ‡ líintÈrÍt Èconomique, il nous rÈpond que cette stratÈgie lui assure des co˚ts de production trËs serrÈs : son personnel Ètant trËs efficace, et les machines Ètant, je le suppose, amorties depuis longtemps.

Encore une fois, preuve est faite que líentreprise franÁaise peut fournir la qualitÈ au meilleur prix.
Les piËces en ABS sont thermoformÈes sur place. Les moules Ètant fabriquÈs ici mÍme. Seule la coque roto moulÈe du fun quad est sous traitÈe.


photo15.jpgphoto16.jpg

photo17.jpgphoto18.jpg


Les piËces mÈcaniques sont usinÈes sur les postes adÈquats. La fabrication des arbres de transmission est impressionnante : les cannelures des cardans sont rÈalisÈes gr‚ce ‡ une machine qui ÂŽ enfonce ÂȘ par pression une ÂŽ tige ÂȘ ÈquipÈe dĂ­une quarantaine de gabarit qui finissent par tailler la piËce ‡ la bonne dimension.

Le ch‚ssis, et dĂ­une maniËre gÈnÈrale, tout lĂ­engin, reprend les solutions techniques ÈprouvÈes sur le ÂŽ fun quad ÂȘ. Le ch‚ssis est une poutre sur laquelle est soudÈe lĂ­ossature qui deviendra le squelette de lĂ­engin. Les soudures sont rÈalisÈes par des ouvriers experts, et lĂ­attention portÈe ‡ chaque piËce est notable. Les moyeux de roues, par exemple, repassent ‡ lĂ­usinage une fois les cages de roulement soudÈes, au cas o˘ la chaleur aurait dÈformÈ le support. La piËce aura rigoureusement les cÙtes dÈfinies.

Le ch‚ssis est montÈ et soudÈ ÂŽ ‡ la main ÂȘ gr‚ce ‡ des gabarits qui garantissent la rÈgularitÈ de la production.


photo19.jpgphoto20.jpg
photo21.jpgphoto22.jpg


Le montage du pot semble efficace et ne souffre pas de critique sur le ÂŽ fun quad ÂȘ

Quelques ÈlÈments de líengin arrivent díailleurs, tel le moteur Lombardini, ÈquipÈ díun diffÈrentiel/inverseur díune qualitÈ alternative par rapport ‡ ceux venant de Chine que nous connaissons : Il síagit l‡ de mÈcanique !

Quelques piËces proviennent de PSA, et les bras avant de suspension type Mac Pherson sont livrÈs par des italiens. Ils sont ÈquipÈs díÈtriers de frein ETI. A noter : celui-ci est montÈ ÂŽ dos ‡ la route ÂȘ, ce qui doit rÈduire lĂ­encrassement ‡ lĂ­utilisation.


photo23.jpgphoto24.jpg
photo25.jpgphoto26.jpg


Deux ÈlÈments conditionnent, ‡ notre avis, la bonne tenue dans le temps díun buggy de poche : le montage du moteur sur le ch‚ssis et la qualitÈ du train avant.

Nous regardons tout particuliËrement le montage du moteur sur le berceau arriËre, celui-ci prend sa place juste derriËre líinverseur fixÈ au ch‚ssis. Il est lui-mÍme solidaire de la structure par fixation ‡ líavant sur silentbloc, par des tubes qui sont dÈsaxÈs deux fois par rapport ‡ la fixation. Les contraintes sont maÓtrisÈesÖ

FixÈ Ègalement ‡ lĂ­arriËre, le moteur est solidaire de la structure sans articulation. A noter quĂ­aucun support moteur nĂ­a fait lĂ­objet de critique sur le ÂŽ fun quad ÂȘ. Il sĂ­agit ici du mÍme montage. JĂ­ai moi-mÍme constatÈ lors de lĂ­essai, que le bloc moteur ne ÂŽ bougeait ÂȘ pas ‡ lĂ­accÈlÈration, alors que les trÈpidations de celui du Crossbone par exemple, sont perceptives ‡ lĂ­oeil nu.

Les barres latÈrales qui relient les bras de suspension arriËre et la poutre centrale (silentbloc) sont ‡ mon avis une autre raison qui assure la rigiditÈ de lĂ­ensemble. Elles jouent le rÙle de ÂŽ super triangle ÂȘ qui articule la suspension arriËre au ch‚ssis. Les contraintes sont ainsi encaissÈes par les deux tiers de la poutre centraleÖ Bien vu ! De plus, le faible poids de lĂ­engin (220 kg) joue en sa faveur dans ce domaine.


photo27.jpgphoto28.jpg

photo29.jpgphoto30.jpg


Toutes les piËces mÈtalliques du ch‚ssis sont díune Èpaisseur comprise entre 3 et 5mm, du solide ! Elles passent toutes ‡ la peinture Èlectrostatique : fini la rouille dÈs les premiers kilomËtres !

Bref, ‡ la conception et ‡ la construction, cíest trËs proche du zÈro fauteÖ

Seul, lĂ­augmentation de la largeur du train avant par rapport ‡ celle du ÂŽ fun quad ÂȘ, augmentant du mÍme coup les contraintes sur cette piËce, nous laisse dubitatifs. Les triangles avant bÈnÈficient dĂ­une fixation sÈrieuse, et lĂ­axe du bras est orientÈ correctement (perpendiculairement ‡ la roue) ce qui devrait Èviter les dÈboires que certains ont connuÖ

Toutefois les biellettes de direction, et la piËce mÈtallique sur laquelle elles viennent síarticuler nous paraissent assez exposÈes.


photo31.jpgphoto32.jpg



A l'arrÍt

photo34.jpgphoto35.jpg

Le style est dÈpouillÈ ! On aime ou on nĂ­aime pasÖPersonnellement, jĂ­aime beaucoup, rien dĂ­inutile, pas de fioriture. Pourtant un porte bagage un peu plus grand aurait ÈtÈ le bienvenu, et pour ma part, encore moins de plastique mĂ­aurait convenu. MalgrÈ leur Èpaisseur (5mm) les parties en ABS non fixÈes (garde boue avant) vibrent un peu et accentuent lĂ­effet ÂŽ jouet ÂȘ.

CotÈ mesure, cíest le sans faute ! Un vrai buggy de poche ! Petit, compact, offrant deux vraies places ‡ ceux qui y embarquent. Bonne ergonomie, car le volant tombe bien sous la main. Ce qui níest pas le cas des pÈdales ! Celles-ci ne peuvent pas Ítre rÈglÈes et des cales seront nÈcessaires pour que les pilotes de petite taille, dont je suis, trouvent une position parfaite. Celles-ci sont prÈvue : Il faudra les essayerÖ

La largeur aux coudes nĂ­est pas limitÈe, les siËges en ABS sont en fait le plancher, la technique est reprise du ÂŽ fun Extrem 500 ÂȘ, la piËce est en ABS thermo formÈ, elle est rÈalisÈe sur place alors que la coque du Fun-quad qui est roto moulÈe (vraisemblablement plus solide) est sous-traitÈe. Ils sont accueillant et confortablement revÍtus par des coussins qui ne sont hÈlas, pas facilement amovibles

Les mesures prises sont conformes aux sensations perÁues. Ce buggy est compact et bien ÈquilibrÈ :


Largeur avant roue ‡ roue

 

Dimension moyeu/moyeu

 

Fond de siege/volant

 

Plancher /volant

 

Garde au sol

 

128

 

136

 

48

 

36

 

19

 

CotÈ protection líinverseur reÁoit un petit sabot et les tubes du ch‚ssis descendent sous le moteur, offrant une petite protection arriËre.

La commande du frein ‡ main est centrale. Il sĂ­agit dĂ­un ÂŽ vrai ÂȘ frein de parking efficace. La commande du starter est placÈe sous le siËge entre les jambes, celle de lĂ­inverseur est un rÈgal de prÈcision, elle se fait par lĂ­intermÈdiaire dĂ­un petit levier placÈ au niveau de la cuisse droite du pilote. Ö Rien ‡ dire.

Les arceaux (fins) ont un dessin original et ne gÍnent pas la tÍte des grands pilotes Ils sont excentrÈs, mais il devraient toutefois gÍner le port díun Èventuel casque pour les plus de 1,85m. Líembarquement est aisÈ, rien ne dÈpasse. Seul líabsence de cale pied est dÈroutante, tant pour le pilote que pour le passager.

LíaccÈlÈration et le freinage se commandent par le pied droit, les pÈdales se trouvant du mÍme cotÈ de la colonne de direction.




photo33.jpgphoto36.jpg

Le pied gauche se trouvant privÈ de pÈdales (et díappui !), il faut un temps díadaptation. Pourtant le passage díune pÈdale ‡ líautre se fait facilement, celles-ci se trouvant au mÍme niveau.

Les ceintures síenclenchent facilement et sont díun maniement aisÈe. Le volant est bien proportionnÈ mÍme si le dessin de son support triangulaire choque un peu.

Les commodos sont rassemblÈs sur le volant et paraissent pratiques bien que typÈs ÂŽ deux roues ÂȘ. Le tableau de bord est dÈpouillÈ : le contact, les warning et un compteur de vitesse, dĂ­une jauge essence, dĂ­un voyant dĂ­huile, ainsi quĂ­un totalisateur kilomÈtrique simple.

Le rÈservoir contient 10 litres díessence. Le moteur est ÈquipÈ díun lanceur ‡ main qui sera apprÈciÈ par les buggystes que nous sommes, car il reprÈsente une solution pour les dÈmarrages difficiles qui en gÈnÈral nous compliquent sÈrieusement la vieÖ

Le porte bagage est anecdotique, díune maniËre gÈnÈrale, líimpression qui est donnÈe est celle díun dÈpouillement voulu, sans prÈtention, axË sur líefficacitÈ. La place laissÈe aux passagers est Ènorme compte tenu des proportions ramassÈes et de ce fait devrait dÈsavantager le maintient des personnes transportÈes : On ne peut pas avoir le beurre et líargent du beurre Ö


photo37.jpgphoto38.jpg

photo39.jpgphoto40.jpg

Líengin est proposÈ avec diffÈrents types de monte (TT ou route), 21x7x7 ‡ líavant et 22x10x10 ‡ líarriËre.

Le fun buggy devrait Ítre proposÈ ‡ la vente autour de 5600 eurosÖAvec líÈventuelle possibilitÈ díune remise pour les membres BPAFÖ

En marche

Essai du Fun Buggy par JÈrÙme. (PGO 250 Mono et 300 Xingyue ÂŽ Evolution ÂȘ)

MÍme si lĂ­on ne peut pas parler de vÈritable essai, car pour cela il aurait fallu Èprouver ce buggy plus longtemps et sur diffÈrents terrains plus typÈs, quelques impressions se dÈgagent nettement de ces quelques tours de roue effectuÈs ‡ bord de ce nouveau buggy autour de lĂ­usine ÂŽ SECMA ÂȘ.

CÙtÈ look, mÍme si cela reste subjectif et ‡ lĂ­apprÈciation de chacun, on ne peut rester indiffÈrent, et une chose est sure : le Fun Buggy ressemble peu aux autres engins auxquels nous sommes habituÈs, cela ne fait aucun doute : cĂ­est bien un produit ÂŽ SECMA ÂȘ et le nouveau nÈ ne dÈpareille pas dans lĂ­usine au milieu de ses autres congÈnËres.

La premiËre impression qui se dÈgage nettement concerne la taille de ce buggy : il paraÓt minuscule, notamment toute la partie situÈe ‡ lĂ­arriËre des siËges. Aucun doute possible : nous sommes en prÈsence dĂ­un buggy vÈritablement ÂŽ de poche ÂȘ.

 

La seconde impression qui se dÈgage en le regardant rapidement, cĂ­est son dÈpouillement apparent : pas de superflu, líÈquipement global semble trËs basique. Les plastiques rutilants viennent accentuer ce sentiment, allant jusquí‡ laisser planer un doute sur leur longÈvitÈ en cas dĂ­utilisation ÂŽ hard ÂȘ rÈpÈtÈeÖ

 

Je dÈcide de monter ‡ bord et de míinstaller au volant.

PremiËre surprise : líaccessibilitÈ est remarquable et, ‡ ma connaissance, aucun buggy actuel ne líest autant.

Tout comme le crossbone, pas de vÈritables siËges mais une coque moulÈe agrÈmentÈe de coussins dont la qualitÈ semble correcte, mais non amovibles facilement, laissant de ce fait prÈsager des lavages difficiles.

Un coup dĂ­Ășil sur le tableau de bord et, en fait, sous ses aspects dÈpouillÈs, rien ne manque ‡ lĂ­instrumentation : warning, indicateurs clignotants, compteur kilomÈtrique (pas de totalisateur journalier), voyant de pression dĂ­huile et jauge ‡ essence. Les autres commandes (clignotants, feux, klaxon) sont regroupÈes sur un commodo unique facilement accessible au volant.

Le frein ‡ main (type voiture) est placÈ entre les 2 siËges ainsi que líinverseur ‡ 3 positions, un starter manuel a trouvÈ sa place sous le siËge conducteur, entre les cuisses.

Líinstrumentation síavËre donc complËte, accessible et visible.

Machinalement, je cherche les harnaisÖen vain. Deux ceintures ‡ enrouleur trÙnent entre les deux siËges et viennent se fixer vers líextÈrieur avec une facilitÈ identique ‡ un vÈhicule de tourisme.


Avant de lancer le moteur, vient le moment du placement.

Aucun problËme au niveau de líassise, confortable et spacieuse.

Je me penche pour repÈrer frein et accÈlÈrateur qui se situent tous les deux ‡ droite de la colonne de direction, il faut donc composer avec ce choix qui impose de piloter uniquement du pied droitÖreste ‡ se dÈbarrasser de mon pied gauche qui cherche dÈsespÈrÈment un repose-pied que je ne trouverai pas. Si la pÈdale de frein avait ÈtÈ situÈe ‡ gauche de la colonne, cette lacune aurait disparuÖ

Quí‡ cela ne tienne, je trouve ma position qui somme toute, reste acceptable, mais je pense que les petits gabarits souffriront un peu du manque de rÈglage du pÈdalier (ce problËme a díailleurs attirÈ líattention de M. Renard qui nous prÈsente un jeu de piËces permettant de rapprocher les pÈdales du pilote mais sans positions intermÈdiaires).

 

Je dÈcide de tourner la clÈ de contact : le moteur Lombardini dÈmarre au quart de tourÖsi cela níavait pas ÈtÈ le cas, jíaurais testÈ le lanceur (alternative intÈressante lorsque líon est en panne de dÈmarreur en plein bois !). Je pousse líinverseur en position avant, et jíattends avant díaccÈlÈrer : aucune vibration ni de bruits parasites ne vient troubler le ronronnement rÈgulier et assez discret de la mÈcanique au ralentiÖcela me dÈroute presque, trop habituÈ que je suis, ‡ tendre en permanence líoreille ‡ líaff˚t de bruits suspects sur mes autres buggys !

Je desserre le frein ‡ main, et aprËs un coup dĂ­Ășil dans les rÈtroviseurs latÈraux ÂŽ efficaces ÂȘ, jíÈcrase lĂ­accÈlÈrateurÖ

La rÈaction ne se fait pas attendre : le Fun Buggy monte dans les tours sans rechigner et ses 220 kgs (seulement !) sont rapidement propulsÈs ‡ prËs de 80 km/hÖdÈj‡ le bout de la rue, jíÈcrase le frein ce qui provoque le blocage des roues avantÖtout est neuf sur cette machine et demande s˚rement un rodage ÂŽ dĂ­usure ÂȘ des m‚choires arriËres, car pour lĂ­heure, le buggy freine trop de lĂ­avant sans vraiment síÈcraser sur celui -ciÖdemi-tour, bluffant ! Le bug tourne sur placeÖje refais de suite un demi-tour pour confirmationÖidemÖ

Je repars et dÈcide de ÂŽ jouer ÂȘ avec la direction. Celle- ci est trËs directe (pas de crÈmaillËre, mais des biellettes) et ÂŽ flotte ÂȘ un peu sur le goudron, : elle ne doit pas pardonner lĂ­erreur, le moindre Ècart de volant provoque une rÈaction immÈdiate du buggy, pas malsaine mais qui oblige ‡ rester vigilantÖ

Rejoignant le groupe, jíembarque Phil ‡ mes cÙtÈs afin díeffectuer une mesure GPS ‡ deux. Celui-ci grimpe ‡ bord avec beaucoup de facilitÈ et síinstalle sans me gÍner, líespace ‡ bord est vraiment trompeur et assez surprenant quand on regarde líengin de líextÈrieurÖ

Nous repartons et relevons rapidement 74 km/h au GPSÖje sens bien que la vitesse maxi nĂ­est pas atteinte mais la configuration de la rue dans laquelle nous roulons ne nous permet pas de ÂŽ bloquer ÂȘ le compteur. Nouveau demi-tour, toujours aussi dÈconcertant de facilitÈ que les prÈcÈdentsÖ

Je redÈpose Phil et je me dirige maintenant vers la petite portion ÂŽ tout-terrain ÂȘ o˘ mĂ­attend le reste du groupe.

La butte artificielle est avalÈe sans problËme le couple est Ènorme et la difficultÈ síavale sur un filet de gaz, le passage qui suit, assez dÈfoncÈ, síemprunte facilement ÈgalementÖle couple du moteur laisse prÈsager de bonnes possibilitÈs de franchissement, le diffÈrentiel ne semble pas Ítre un handicap, il est díailleurs possible de faire glisser líengin assez facilement. Un essai plus poussÈ en TT serait cependant nÈcessaire pour confirmer mes impressionsÖ

 

Líamortissement est correct et efficace, reste que le maintien des passagers Ètant limitÈ, on perÁoit assez fortement les secousses que líon impose ‡ líappareil. La rigiditÈ du buggy est un gage díefficacitÈ que le pilote paye en partageant quelque peu les souffrances de son enginÖ Mais aprËs tout, le fun du buggy, cíest aussi cela !

Je descends de ce buggy, aussi facilement que pour y monter, avec une bonne impression gÈnÈrale : accessibilitÈ, confort et place ‡ bord sont bons, líinstrumentation est quasi-complËte (manque juste un totalisateur journalier), agrÈment de conduite positif avec un moteur au couple intÈressant mais ‡ la vitesse de pointe s˚rement limitÈe. Par contre, cíest indÈniable, la qualitÈ des matÈriaux utilisÈs et de leur montage est supÈrieure aux produits concurrents que je connaisÖlíusage de la caisse ‡ outil personnelle devrait en bÈnÈficier positivementÖ


photo41.jpgphoto42.jpgphoto43.jpgphoto44.jpg



photo45.jpgphoto46.jpg

 


Pour conclure, le fun buggy fait une entrÈe trËs remarquÈe dans la petit monde du buggy de poche. EquipÈ dĂ­un diffÈrentiel comme le Xingyue et le Crossbone, il donne des sensations qui se rapprochent malgrÈ tout de celles ÈprouvÈes au volant dĂ­un arbre rigide. Il semble rassembler ‡ la fois la rigueur dĂ­une conception moderne et la distillation de sensation typÈes ÂŽ ludiques ÂȘ. A ce titre, cĂ­est une rÈussite.

Par ces dimensions ÂŽ de poche ÂȘ, et son comportement civilisÈ, mais efficace en terme de franchissement, il paraÓt rassembler des qualitÈs qui lui promettent un bel avenir.

Au del‡ de ses qualitÈs intrinsËques, cíest aussi líenvironnement dont il est issu qui est líargument majeur en sa faveur. Líentreprise SECMA baigne dans la culture des petits engins motorisÈs et fabrique ces engins depuis une trentaine díannÈes. La confiance est l‡ ! Le fun quad est un vÈhicule dont la fiabilitÈ a ÈtÈ ÈprouvÈe par de nombreux loueurs et la soliditÈ du Fun buggy devrait en profiter. Les buggystes sont souvent agacÈs par les problËmes que rencontrent les buggys ‡ líusage, il est ‡ parier que celui-ci ne souffrira pas des mÍmes soucis pour autant que SECMA se structure commercialement en rÈseau. Le SAV devrait Ítre le point fort en Ètant moins nÈcessaire.


Nous avons conseillÈ nombre de buggys (Crossbone, PGO, Dazon 150, Xingyue 150 et 300 Èvolution, Saiting), aujourdíhui il me semble pouvoir dire :

ÂŽ Fun buggy ÂȘ : ApprouvÈ par le BPAF ! La qualitÈ est l‡. Le reste est une affaire de go˚tÖ

photo47.jpg


photo48.jpg


 

(Article 16 du 12/07/2006)