BAKUS GTK 400cc. Une gueule de chien ... EnragÈ !
Écrit par Mac Rodgers   
10-03-2008
BAKUS GTK 400cc (Yonghe motorcycle)
Une gueule de chien ... EnragÈ !

photo01.JPG

Depuis quelques temps, ce buggy proposÈ ‡ la vente par des circuits alternatifs fait couler beaucoup d'encre sur les forums spÈcialisÈs. Il est distribuÈ par BMG Motors et All engine, mais c'est ALP, en phase de validation pour ce produit, qui nous le prÈsente en premier.

Franchement, ce buggy ne ressemble ‡ rien, et paraÓt en dÈcalage par rapport aux efforts de design et de qualitÈ dont tÈmoignent les engins qui arrivent dÈsormais sur ce marchÈ. Pourtant il est ÈquipÈ du JIANSHE 400cc avec une boÓte ‡ embrayage semi automatique qui nous dÈcide ‡ aller l'essayer.

Bien nous en a pris !


photo02.JPGphoto03.JPG
C'est vrai, au niveau du look, ce buggy a une prÈsentation pour le moins ÂŽ dÈcalÈe ÂȘ, le ch‚ssis tubulaire est efficace et enveloppe efficacement les passagers, mais l'avant est pataud et les phares ronds dÈtonnent avec les croisillons du plat bord. L'ensemble paraÓt d'un autre ‚ge, d'un autre continent, aux standards diffÈrents des nÙtres. MÍme s'il est en dÈfinitif assez bien ÈquilibrÈ au niveau dynamique, visuellement, ce n'est pas vers lui que les regards envieux se tournent.

D'autant qu'en terme de qualitÈ de fabrication, le b‚t blesse ! Les soudures sont b‚clÈes, la peinture trop fine, les pattes des phares et des supports de garde-boue non adaptÈs, les triangles avant sont de section carrÈe et prÈsentent un dessin tarabiscotÈ. Bref, le tour du propriÈtaire ‡ l'arrÍt nous laisse assez froid. La fabrication chinoise laisse des traces qui sont profondes.


photo04.JPG

photo05.JPGphoto06.JPG
Le compteur digital regroupe les indications indispensables, mais la connectique reste asiatique. On voit bien que l'intÈrÍt de ce buggy rÈside ailleurs que dans sa qualitÈ d'assemblage et de fabrication. Pourtant l'ensemble parait cohÈrent, et rien n'est absolument rÈdhibitoire, si ce n'est que le ventilateur du radiateur ‡ huile devra Ítre mis en marche manuellement quand un tÈmoin s'allume au tableau de bord... Il va falloir rester concentrÈ !

Le pÈdalier est basique et dÈportÈ vers la droite. Heureusement le pied gauche sera confortablement calÈ, le pilotage s'effectuant avec le pied droit exclusivement. Dommage en l'occurrence que les pÈdales soient si proches l'une de l'autre.
Le grand rÈservoir d'une vingtaine de litres est fonctionnel et ferme ‡ clef, mais empiËte hÈlas sur l'espace utilisable du porte-bagages...

CÙtÈ suspension, on a affaire ‡ une double triangulation ‡ l'arriËre comme ‡ l'avant, c'est un bon choix. Les amortisseurs sont basiques mais les rotules ÈquipÈes de graisseurs (pas toujours accessibles !). Globalement, nous sommes sur la rÈserve quant ‡ la qualitÈ de ces ÈlÈments, mais en route ils, assurent un amortissement tout a fait convenable.
La transmission finale, sans diffÈrentiel, est assurÈe par des cardans.

photo07.JPGphoto08.JPG

Le freinage est assurÈ par quatre disques dont l'efficacitÈ est moyenne, le freinage de parking ne dispose pas d'Ètrier spÈcifique.

Les baquets sont fixÈs ‡ une trentaine de cm du plancher, et le volant est positionnÈ face au pilote. De ce point de vue, sans Ítre conventionnelle, la position de conduite est parfaite : le conducteur a une position de conduite sportive et efficace.
Rien ne gÍne ! Bras et jambes semi flÈchis, c'est comme dans une voiture de rallye, un peu plus ÂŽ haut ÂȘ que dans la plupart des buggys. C'est peut-Ítre pour cette raison que la direction est montÈe avec deux crÈmaillËres. Ce systËme doit Èviter les renvois d'angles trop importants de la colonne de direction.

photo09.JPG

Le moteur

Une commande qui n'existe pas sur les autres machines attire tout de suite l'attention : le levier de commande de la boÓte de vitesse ÈquipÈ d'une poignÈe rouge pour tirer la marche arriËre !

C'est une premiËre ! Ce buggy est ÈquipÈ d'une boÓte sÈquentielle 5 vitesses ‡ embrayage semi automatique dont la commande par tringle s'avÈrera trËs efficace.
C'est bien cette particularitÈ, couplÈe ‡ la puissance du moteur JIANSHE 400cc (licence Yamaha) qui fait tout l'intÈrÍt de cette machine. Il Èquipe certains quads et ravit les utilisateurs sportifs.

photo10.JPGphoto11.JPG
Un lanceur pourra Èventuellement pallier ‡ une panne de dÈmarreur.
Ce bloc est montÈ en rigide par trois points d'ancrage au ch‚ssis, plus un au niveau de la culasse sur silentbloc.
Ce dernier point a son importance, vu les contraintes que doit absorber le flextor qui relie l'arbre de sortie moteur ‡ celui de transmission. Ici, ALP a choisi de monter une piËce de qualitÈ avant de livrer la machine : salutaire !


En route !
photo12.JPGphoto13.JPG
Un peu frustrÈ par l'intÈrÍt de la machine ‡ l'arrÍt, il me tarde enfin de mettre le moteur en route et d'essayer cette mÈcanique originale. DÈmarrage facile malgrÈ la tempÈrature, la commande du starter au niveau du siËge est bien pensÈe.

Il faut un temps d'adaptation, tant le pilotage est diffÈrent par rapport ‡ un buggy ÂŽ automatique ÂȘ. Ici il faut pousser et rel‚cher le levier pour enclencher la vitesse et l'embrayage se fait ‡ l'accÈlÈration. PremiËre, le voyant indique le rapport enclenchÈ de faÁon trËs lisible sur le tableau de bord. J'accÈlËre, le buggy s'arrache, il faut tout de suite rel‚cher l'accÈlÈrateur, donner une impulsion sur le levier pour passer le rapport supÈrieur, et rÈ accÈlÈrer de nouveau. Le levier est un peu loin pour les pilotes de petite taille, mais avec un peu d'habitude tout se fait de plus en plus vite, et l‡... Le plaisir est au rendez-vous !

Ce moteur... ÂŽ C'est de la balle ! ÂȘ La boÓte semi-automatique est un rÈgal de prÈcision autant que d'efficacitÈ. On en oublie mÍme un certain ÂŽ trou ÂȘ entre la premiËre et la seconde qui sera gÍnant en trial dans de fortes et longues montÈes. Pour l'heure, il est possible de rentrer ÂŽ trËs fort ÂȘ en courbe en descendant un rapport pour rester sur une motricitÈ optimale, faire ÂŽ hurler ÂȘ le moteur en sortie de courbe pour passer le rapport suivant dËs le buggy alignÈ.

Car ce buggy est joueur ! Sans diffÈrentiel, il restitue tout le plaisir du pilotage d'un arbre rigide, tout en Ètant ÈquipÈ d'une propulsion qui en fait un engin vÈritablement sportif !

Tout cela se fait progressivement, il faut prendre l'habitude de ne pas ÂŽ retenir ÂȘ le levier et bien intÈgrer que la montÈe des rapports se fait vers l'avant...


Quelques erreurs de sÈlection font souffrir quelque peu l'engin...Apparemment, il n'y a pas de rupteur ou de rÈgulation pour protÈger la mÈcanique.

En tout cas, le buggy est trËs sain, l'amortissement efficace, et les possibilitÈs d'amusement gigantesques... Les limites seront celles de votre capacitÈ ‡ utiliser les qualitÈs du groupe propulseur dans les limites des possibilitÈs du ch‚ssis.

photo14.JPGphoto15.JPG
A la fin de la balade d'une paire d'heures, nous sommes bluffÈs par les sensations rendues. Cet engin appelle une conduite sportive digne d'une voiture de rallye, il rend possible des prises de risque ‡ la limite du raisonnable. Toujours ‡ l'accÈlÈration, il faudra se raisonner pour se cantonner ‡ un pilotage mÈnageant la nÈcessitÈ de l‚cher le volant pour passer un rapport, compte tenu de la vitesse importante que l'on peut prendre avec ce 400...
Le Yonghe c'est : ÂŽ Toujours plus ÂȘ ! On est rincÈ au bout d'une heure de roulage tant le rythme sportif que l'on s'impose paraÓt adaptÈ. La vitesse de pointe n'est pas atteinte ‡ 90 km/h, et la boÓte permet de cravacher la mÈcanique ‡ convenance.

Sans diffÈrentiel, avec un moteur comme celui-l‡, dÈbutant s'abstenir ! D'autant que ce 400cc ne semble absolument pas bridÈ !


photo16.JPGphoto17.JPG
Avec une garde au sol consÈquente ‡ (34cm ‡ l'avant ; 26 derriËre), cet engin s'en sort parfaitement bien en franchissement, compte tenu de sa taille ramassÈe, et de son moteur efficace. Pourtant, ce n'est pas l‡ qu'il est le plus agrÈable ‡ piloter....
photo18.JPGphoto19.JPG

Conclusion

Le Yonghe, est un buggy ‡ caractËre ! Ceux dÈsirant investir dans un randonneur sans histoire doivent s'en Ècarter. C'est un buggy sportif, servi par une mÈcanique trËs efficace. Les sensations prises ‡ son volant font oublier sa qualitÈ de fabrication qui paraÓt mÈdiocre. En route, il donne toute satisfaction dans ce qui fait l'essence d'un ÂŽ buggy de poche ÂȘ, vivacitÈ, sportivitÈ, fun !

Sa taille contenue restitue des qualitÈs dynamiques, qui sont rendues exceptionnelles par sa motorisation et sa boÓte sÈquentielle semi automatique.

Pourtant, il faudra composer avec un look dÈcevant et de gros dÈfauts de fabrication (flextor, pas de sonde de tempÈrature, sÈlection inversÈe...) pour avoir la possibilitÈ de piloter cet engin confortable et pourvoyeur de sensations uniques. A prendre en main avec sÈrÈnitÈ.


Les plus Les moins
  • Buggy trËs joueur
  • Confort position de conduite
  • AgrÈment moteur inÈgalÈ (boÓte sÈquentielle)
  • Puissance moteur
  • Prix
  • Comportement au pilotage
  • QualitÈ de fabrication
  • Pas de mise en marche automatique du systËme de refroidissement
  • Pas de rÈgulation du rÈgime moteur
  • FragilitÈ d'origine du systËme de transmission
  • Freinage lÈger compte tenu des vitesses prises
  • Prise en main dÈlicate
  • SÈlection inversÈe

Textes
: FranÁois Rouger (Mac Rodgers)
Photos : Jean-Pierre Corbeau (Corbac 66)


(Article 30 du 17/12/2007)