Makaya's Land: le Paradis du buggy
Écrit par Mac Rodgers   
21-10-2012
MAKAYA'S Land: le Paradis du buggy !

photo01.jpg
Est-ce que ZEBU une vache ?

Chez ALEX, croiser un zébu ou un lama, ne vous étonnera plus au bout de quelques heures… Mais c’est vrai qu’au début, c’est déroutant !

Mais dites-moi, dites-moi, cher docteur Livingstone…Qu’est ce qu’une ancienne ferme pédagogique vient faire dans un sujet buggy ?

Le Makaya’s LAND, c’est le nom qu’Alex Mora Gustin a donné à son terrain d’une quarantaine d’hectares.

Situé à une quinzaine de Kilomètre de Villeneuve-sur-lot dans le 47, c’est là qu’il accueille gratuitement les fondus de buggy à l’occasion d’un week-end organisé sous l’égide de l’association BPAF (Buggy de poche a fond).

Les ingrédients d'une sortie buggy réussie ?

Prendre un coin de verdure photo02.jpg
Quelques buggies
photo03.jpg
De la banane
photo04.jpg
Des petites épreuves naturelles
photo05.jpg

Et moins naturelles
photo06.jpg
De la boue photo07.jpg
Secouez fort
photo08.jpg
Pas trop quand même !
photo09.jpg

Faire tourner raisonnablement sur un circuit en herbe
photo10.jpg
Cuire au feu de bois photo11.jpg
Déguster en groupe
photo12.jpg
Et c'est réussi !
photo13.jpg

Plus sérieusement, ce rassemblement concerne les passionnés de buggy inscrits sur le forum du BPAF. Il est étonnant de constater la qualité des liens que tissent ces gens autour de leur passion.

Très généreusement, dans un esprit de complet partage, le week-end prolongé s’organise autour de l’échange de moments conviviaux et de plaisirs partagés avec la famille (enfants et épouses).

Sans jamais se départir de sa bonne humeur, il s’agit de partager son expérience de buggyste pour franchir les zones de trial, piloter efficacement son engin dans des conditions de sécurité maximales.

En effet : conduire un buggy ne s’improvise pas forcément ! Le maintenir en état de rouler sur la durée non plus ! Les compétences pour être un « bon » BPAFEUR s’organisent autour de celles du pilote et du mécanicien…

Ils ont souvent entre 40 et 50 ans, et sont tous des « anciens » quelque chose…Ancien pilote de rallye, ancien moniteur auto-école, ancien sportif de haut niveau ou ancien mécanicien de haut vol… Marrant comme cette activité rassemble des gens d’horizon différents, mais qui développent une énergie palpable…

La pratique de la moto, l’auto ou le quad devenant trop exigeante, ils trouvent le buggy rassurant, et surtout pourvoyeur de sensations « fun »,dans un rapport sensation/risques pris, très satisfaisant. En effet, le harnais bouclé, il suffit de garder les mains à l’intérieur de l’habitacle (attacher les mains des enfants et des novices en l’absence de filets !), et les retournements divers et variés ne font qu’amuser ceux qui sont chargés de remettre la bête sur ses pieds !

photo14.jpgphoto15.jpg

Ici la vitesse n’est pas de mise ! Rouler à 60 km/h sur un chemin bosselé à 15 cm du sol procure suffisamment de sensations ! De plus, la limite mécanique des engins est atteinte à cette vitesse. Malgré cela, de la dextérité est nécessaire, et le plaisir du pilotage est bien présent ! Vous vous sentez rapidement devenir Vatanen sans prendre les risques de la compétition automobile !

photo16.jpg

Ici, chacun trouve sa place ! Les moins expérimentés apprennent, les autres échangent leurs expériences. L’objectif étant que ce soit des vacances pour tous, dans le respect des caractéristiques de chacun.

Le buggy, c’est pour tout le monde ! Respect du lieu et de leurs locataires : les animaux qui ravissent les enfants !

photo17.jpgphoto18.jpg

Défi Trial: GARDOIS TOI !

Cette année, la nouveauté c’était un groupe de gardois qui venait nous rejoindre. Bien leur en a pris ! Car si le buggy cela peut être « cool », certaines fois cela peut faire transpirer…

Dans la mesure où les engins sont préparés de façon adéquate, et que le fourgon soit rempli de suffisamment de pièces détachées….On peut faire pas mal de choses en buggy !

photo19.jpg

Franchement, on peut descendre de grosses pentes, ou mettre les roues dans des bourbiers profonds, mais débutants s’abstenir !

photo20.jpg
photo21.jpg

Il y a même des fois ou l’on ne sait plus très bien où passer….
photo22.jpg
photo23.jpg

Par chance, les bras sont nombreux et efficaces ! Les treuils chauffent ! Personne ne reste en rade.

photo24.jpgphoto25.jpg
photo26.jpgphoto27.jpg

Qu’à cela ne tienne ! Dans tous les cas… Un buggy spécifique nous tirerait de là !

Au jeu du franchissement, ALP Saiting, PGO bug rider et Secma fun buggy s’en sortent bien.
Attention ! La maintenance est obligatoire. À ce titre, L’ALP de conception chinoise, reste le plus exigeant.

photo28.jpgphoto29.jpgphoto30.jpg

Le buggy, cela finit toujours par une grande ballade. Nous empruntons toutes sortes d’itinéraires pour découvrir la région. Asphalte, chemin de terre, accès ruraux…L’homologation a cet avantage de nous permettre d’appréhender le tout terrain, tout en préservant la possibilité de rouler sur routes ouvertes…

photo31.jpg

Pour conclure ce tour d’horizon sur l’activité « Buggy », il me semble que le succès de ce nouveau loisir réside dans des caractéristiques bien précises:

  • C’est un loisir qui se pratique en groupe. A ce titre, il répond à un besoin social en rassemblant des personnes tournées vers le loisir motorisé, mais qui ne se satisfont plus de l’activité sportive à l’état pur. Tant qu’il reste « de poche », le buggy ne sera jamais un « sport » car son intérêt réside ailleurs.
  • Accès à des sensations « moteur » de bonne qualité (trial et pilotage) sans risques démesurés.
  • Partage de l’activité avec la famille et les amis (pas de pré requis pour la prise en main, possibilité d’un passager)
  • Capacités de déplacement non négligeables, rendant la découverte de paysages inaccessibles avec un véhicule conventionnel.
  • Petite taille induisant un respect de l’environnement nécessaire à l’accès à certains chemins.

Il faut malgré tout reconnaître que le paramètre le plus rebutant de l’activité reste la fiabilité des engins commercialisés jusqu’ici. Même si c’est le besoin d’échanger des solutions qui a fondé les regroupements constatés autour du concept « buggy de poche » , il faut savoir que la trousse à outil et une bonne connaissance de l’engin est nécessaire.

Pourtant, et franchement.... Si le cœur vous en dit :

N’hésitez pas !

Prêt pour l'année prochaine !
photo32.jpg

Textes : François Rouger
Photos : Jean-Claude Rospide, Alex Mora Gustin


(Article 26 bis du 04/09/2007)