Accueil arrow Articles de fond arrow Le buggy de poche : l'aube d'une trajectoire industrielle ? ...
Le buggy de poche : l'aube d'une trajectoire industrielle ? ... Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Mac Rodgers   
20-05-2006

Ainsi, nous avons choisi de ne parler que des machines dont nous pouvions suivre la trace et qui avaient un réseau de distribution sinon transparent, au moins connu.

  • Les PGO, (exclusivement badgés PGO compte tenu de la relation importateur/constructeur).
  • Les Xinling (Tom do, Jeeps, sumo kart, herroway, etc…)
  • Les Saiting (ALP, Crossrider, Gospeed)
  • Les Dazon (minico et yazuka)
  • Les Xingyues (tom gun et minico)
  • Les Buggys AXR (Crossbone et Carbone)

Bien que les véhicules Secma (fun quad) n’entrent pas dans notre champs d’étude, nous les citons ici compte tenu de leur buggy à venir.

D’autres engins existent : les Aldy/Roxxon (plus distribués en France), les Kinroads, et probablement des Wangyues que nous ne connaissons pas assez.

Nous ne pouvons nier que tous ces buggys ne permettent pas à leur propriétaire de rouler, sans une surveillance accrue. Quelques interventions mécaniques et sur les périphériques sont nécessaires pour palier le manque de qualité du véhicule d’origine.

C’est un fait que nous déplorons, mais avec lequel nous composons, et qui fonde les relations que nous entretenons entre membres de l’association.

Parmi les défauts constatés

PGO 150
Des problèmes bénins de circuits électriques (charge batterie), de circuit de freinage, de peinture, de câble d’inverseurs, ont été rapidement résolus par une mise à niveau. C’est l’engin réputé le plus fiable, et la connaissance qu’en ont les passionnés, liés aux efforts du constructeur en font un produit tout à fait satisfaisant. Il est a remarquer que c’est l’engin le plus « ancien », preuve que la longévité de la carrière d’un modèle en accroît le degré d’excellence. La nouvelle mouture BR 150 est sans reproche marquant.

PGO 250
Beaucoup de problèmes lors de son lancement… Parmi les plus remarqués :
Fragilité des cardans, de la Peinture, du démarreur, du pot d’échappement. Etanchéité du circuit électrique, chauffe moteur, ergonomie, réglage inverseur (mais c’est un problème récurant sur tous les buggys)
Des modifications ont été apportées, qu’on peut résumer en l’existence de 3 « générations », pour finir actuellement sur une nouvelle version : le BR 250 R adoptant un radiateur à l’avant.


Dazon 175
Chauffe irrémédiable lié à la position du radiateur et à une mauvaise mise en service (Le problème de la mise en service du système de refroidissement est commun à tous les buggys). Beaucoup de ces buggys ont été repris en France par l’importateur MINICO.

Dazon 150
Fragilité des roulements avant, réglage inverseur, qualité des soudures. Surpression sous le cache culasse, absence de tachymètre, relais de démarreur, contacteur à clef … Plusieurs version de ce modèle sont sorties, et les derniers donnent satisfaction.

Dazon 250
De graves problèmes de chauffe liés à un souci de qualité de joint de culasse combiné avec des écrous de serrage inadaptés ont convaincu Minico de retirer les premiers modèles du marché. Globalement, la qualité des matériaux et d’usinage des pièces participe à la fragilité générale de ce buggy. Des efforts ont été faits sur les derniers modèles et il devient plus facile de palier au défaut structurel de la machine grâce au montage (en particulier en surveillant la visserie). De plus, Il est important de souligner que la solution retenue initialement pour rendre indépendant les bras oscillants ont été abandonnés (système des deux chaînes trop fragile et compliqué) pour revenir à la solution d’un arbre rigide.


 
Recherche sur le site
Qui est en ligne
© 2017 Le site du BPAF - Buggy de Poche à Fond
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.