Accueil arrow Articles de fond arrow PGO mise sur la nouveauté plutôt que sur la pérennité
PGO mise sur la nouveauté plutôt que sur la pérennité Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Mac Rodgers   
13-11-2005

Le bas blesse surtout ici :

Le réseau de concessionnaire et de revendeur est très inégal : Entre ceux qui ont du stock et ceux qui sont à la merci de l’approvisionnement asiatique, deux mois de plaisir sont sacrifiés. Entre le concessionnaire passionné, qui saura trouver la réponse à la question de son client et le revendeur occasionnel, très loin des considérations de son client, il y a un monde…

Alors… fatalité ? Faut-il faire avec les règles imposées par les fournisseurs asiatiques en terme d’approvisionnement ? Certes pas… Et ma plus virulente critique est bien sur ce plan : L’engin n’est pas mauvais, mais sa commercialisation doit être améliorée. Dans le cas qui nous intéresse, le distributeur n’est pas à la merci du constructeur, puisque Euromotor est détenu à 45% par PGO. La marque devrait aider son partenaire distributeur pour que son réseau soit alimenté en pièce de façon à satisfaire les besoins en SAV.

Bref, une partie des bénéfices pourraient être investis dans l’amélioration du suivi clientèle.

A ce titre, d’ailleurs, je pense que PGO paye cash cette erreur : Les ventes du BR 250 ne sont pas à la hauteur de celle du 150…

Le marché se régule de toute façon à un moment où a un autre… La concurrence nivelle les prix et la qualité, et le client fini par y trouver son compte… Pas si simple ! La réputation d’une marque dans ce domaine est salutaire. Nombre de futurs clients auraient aimé miser sur une enseigne à la réputation infaillible, plutôt que de chercher l’alternative risquée…

Dans ce contexte, le comparatif préparé par le BPAF avait l’avantage d’exister et de prétendre être un outil d’information identifié…

Nous savons maintenant que les choix industriels de PGO sont encore une fois de plus couplés avec une politique marketing très « agressive ».

PGO abandonne la commercialisation de l’actuel BR 250 et mise sur la présentation d’un autre produit…

Pourquoi pas…Mais quel avenir pour eux qui ont déjà un BR et qui souhaite le garder ?...

Le 150 est il suffisamment « amorti » pour que la mise à disposition de cet engin ne soit pas intéressant pour PGO ?

Apparemment le pari de PGO c’est de vendre plus de « nouvelles » machines, que d’engins connus et répertoriés par les usagers que nous sommes (avantages et défauts compris).

L’avenir dira si la « cible client » buggy se comporte comme celle des automobilistes…

Car jusqu’à présent, c’est toujours la nouveauté qui se vend le mieux… Certains, dont je suis, le déplore…

(Article 11 du 13/11/2005)

 
Recherche sur le site
Qui est en ligne
Il y a actuellement 1 invité en ligne
© 2017 Le site du BPAF - Buggy de Poche à Fond
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.