Accueil arrow Essais et comparatifs arrow Essai du BPAF : le 250 ALP biplace
Essai du BPAF : le 250 ALP biplace Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Mac Rodgers   
20-07-2005
Essai du BPAF : le 250 ALP biplace


Merci ‡ Peggy TAPIA et Lionel LAURENT d A L P díavoir permis cet essai.

Souvenez vous ! La premiËre fois que jíavais vu líengin en photo, jíavais parlÈ díun ch‚ssis similaire au 175 Dazon et díun moteur LIFAN (Moteur sous licence Honda)Ö

Le premier contact me donne raison. Líengin ressemble bel et bien au Dazon et le moteur est bien celui annoncÈ. Mais la ressemblance síarrÍte l‡, car ce buggy est bel et bien ORIGINAL !

Il est fabriquÈ dans une usine chinoise que le BPAF níavait pas encore rÈpertoriÈe.

Sur le papier

Moteur 244.3cc, 4T, refroidissement par eau,
Ch‚ssis tubulaire
Peinture epoxy cuite au four
DÈmarrage Èlectrique,
Transmission par courroie avec variateur, et inverseur marche Avt/Arr,
Dim L,l,H, 230*138*145 Poids 245kg- Vitesse max 90km/h
Pneus Av 19*7-8; Arr 22*10-10

photo01.jpgphoto02.jpg

A lí arrÍt

Líengin a fiËre allure. Sa prÈsentation est loin díÍtre prÈtentieuse. Il donne une impression de robustesse et de simplicitÈ. La peinture Èpoxy lui donne une robe díaspect plus mat que le Dazon pourtant de la mÍme couleur.
Les phares carrÈs lui confËrent un aspect rustique qui est contrebalancÈ par líÈlÈgance du pot inox IXIL. De ce point de vue, líensemble peut paraÓtre un peu dÈsÈquilibrÈ, les responsables ALP travaillent díailleurs ‡ amÈliorer le look de leur bÈbÈ, pour lui donner un identitÈ plus en rapport avec ses ambitions : Un sabot prolongÈ par une petite calandre est ‡ líÈtudeÖ
Le volant attire de suite le regard ; Il est en effet des plus rÈussis au niveau visuel, donnant un aspect de sÈrieux et de sportivitÈÖ Le tableau de bord est ÈquipÈ díun cadran de vitesse ‡ L E D dont la lecture au soleil níest pas des plus facile. Toutefois le tableau de bord est complet -Clignotant, Phares, Èchangeur code/phare, avertisseur (‡ rappel ! Cela change du Dazon), coupe circuit-, malgrÈ líabsence díun indicateur de tempÈrature du circuit de refroidissement. A noter que líemplacement de la commande des clignotants rends ceux-ci plus accessible que ceux du Dazon.

photo03.jpgphoto04.jpg

Les dimensions relevÈes et ressenties
Largeur hors tout pneus ‡ pneus :
A lĂ­avant : 142
A líarriËre : 123
LíALP a ‡ peu prËs le mÍme gabarit que le 175 DZ, mais il mÈnage malgrÈ tout 10 bons centimËtres de plus de largeur díÈpaules (100cm aux coudes/Dazon 86)
Mais surtout, la diffÈrence díempattement avant /arr , trËs sensible pour le Dazon, est imperceptible pour líALPÖ

Pour conclure, je dirais que la prÈsentation de lĂ­ALP reste sÈrieuse sans Ítre flatteuse. A cotÈ le Dazon a une ÂŽ bouille ÂȘ plus sympathique, et le Bug rider PGO est beaucoup plus soucieux de son esthÈtique que ne lĂ­est lĂ­ALP. Des progrËs ‡ fournir donc, mais qui sont apparemment prÈvus puisque Lionel et Peggy repartent en Chine pour amÈliorer les chosesÖ

Pour ma part, líessentiel níest pas l‡Ö La beautÈ díun objet rÈside aussi dans son efficacitÈÖ


De prËs

AssurÈment, cíest le berceau arriËre qui fait líoriginalitÈ de ce produit. Un double tube part de líarticulation du bras oscillant pour se terminer en 5 branches autour du moyeu arriËre de chaque roue.

photo05.jpgphoto06.jpg

Tout cela respire la robustesse, et la simplicitÈ. Comparativement, le berceau de mon Dazon 175 parait trËs lÈger, bien qíen tube carrÈÖ

photo07.jpgphoto08.jpg

De fait, les roulements arriËres se trouvent dÈsormais trËs prËs de líaxe de la roue, ce qui devraient diminuer les contraintes sur ceux-ci.
De plus, Lionel mĂ­affirme (je nĂ­ai pas dÈmontÈ), que les roues ne prennent plus de jeu de fait que lĂ­arbre avec lequel elles sont solidaire nĂ­est plus conique. Une fois les 50 premiers kilomËtres effectuÈs le resserrage des roues suffit ‡ ÂŽ caler ÂȘ le train arriËre.
Le train avant ressemble beaucoup ‡ celui du Dazon, les biellettes de direction semblent usinÈes dans un mÈtal de meilleure qualitÈ, mais restent ‡ mon go˚t, encore trop lÈgËres.
Lionel míapprend que le train avant est montÈ avec deux roulements plats sÈparÈs par une entretoise qui amÈliore la stabilitÈ du serrage de líensemble.
Les amortisseurs paraissent les mÍme que ceux montÈs sur le Dazon

photo09.jpgphoto10.jpg

Líengin est freinÈ par un disque ‡ líarriËre (le mÍme Ètrier que celui du 660 Yam Raptor, pour ceux qui connaissent) et deux ‡ líavant. Il est dommage de ne pas retrouver le rÈglage diffÈrentiel avant /arr du DazonÖ Ici le rÈglage concerne les trois disques.

photo11.jpgphoto12.jpg

Jolis siËges classiques bicolores rÈglables, Par contre, des garde-boues dont líaspect ne prÈfigure pas une bonne tenue dans le temps.
Les ceintures sont plus lÈgËres que sur le 175 DZ. Les rÈtroviseurs ont líair bien fixÈs et ne sont pas dÈrÈglÈs pendant líessai.
Le moteur est refroidi par le radiateur fixÈ au dessus des siËges. Líemplacement parait adaptÈ ‡ la fonctionÖ Lionel me fait remarquÈ quíune sonde thermique est montÈe sur le radiateur ‡ la livraison, mais quíil sera nÈcessaire de retourner le radiateur pour quíelle soit opÈrationnelle (montÈe cotÈ dÈpart díeau !). Un kit de mise ‡ niveau est prÈvu, en attendant, le ventilo tourne des le contact enclenchÈ.

photo13.jpgphoto14.jpgphoto15.jpgphoto16.jpg

Je remarque alors que les chinois ont protÈgÈ le filetage du bouchon de rÈservoir ‡ carburant lors de mise en peintureÖ L‡ o˘ il níy a pas díepoxy, cela se voit !!
Le pot est magnifique, de trËs belle facture, livrÈ ÂŽ debridable ÂȘ. Le reste, couronne, inverseur, double chaÓne, etcÖ est conventionnel. pour ceux possÈdant un Dazon.

photo18.jpgphoto17.jpg





Ca roule !

Je monte ‡ cotÈ de Lionel et laisse Mme Tapia en compagnie de mes amis. La place est plus importante que dans le 175 DZ, mais on reste ‡ la dimension ÂŽ de poche ÂȘ JĂ­aime cette sensation de confinement qui me rapproche immÈdiatement de la ÂŽ compÈtition ÂȘ moteur !

Les sensations donnÈs par lĂ­inverseur et le variateur sont les mÍmes que sur mon enginÖRien ‡ dire ! LĂ­habitacle vibre moins que celui de mon engin, jĂ­arrive mÍme ‡ distinguer une vibration spÈcifique vers le rÈservoir qui sera jugulÈe tout ‡ lĂ­heure par lĂ­ajustement dĂ­un silentblocÖ Globalement, et cela sera vrai pour tout lĂ­essai, lĂ­engin est trËs confortable comparativement au Dazon et vibre moins que les 150 PGO que jĂ­ai conduits. Hormis celui dĂ­Eric qui est comparable ‡ lĂ­ALP en terme de confort dĂ­utilisation ÂŽ vibratoire ÂȘ

Le ronflement est agrÈable et Lionel quitte ma cour : Direction : mon terrain de jeu ! Des chemins charentais ‡ perte de vue au milieu des champs et des bois.

Je perÁois la diffÈrence de puissance. Cíest s˚r : 250cc poussent plus que 175ccÖ

Lionel níest pas ‡ proprement parler une ablette, et moi non plusÖLa puissance de líengin est suffisante pour me donner rapidement une sensation de vitesse.

Le compteur monte en empruntant la petite route goudronnÈe qui mËne aux chemins de calcaire. Je connais la route par cĂșur, et jĂ­ai pleins de repËresÖ Le compteur monte ‡ 75, il doit Ítre justeÖIl faut dÈj‡ prendre un virage, et je dÈcouvre que Lionel nĂ­est pas l‡ pour amuser la galerieÖOn arrive beaucoup plus vite quĂ­avec le 175 ! Et il ne ralenti pas !

Je míattends aux chocs liÈs au contact avec le chemin dÈfoncÈÖEt l‡ je suis vraiment sciÈ ! Lionel ne lËve pas le pied díun millimËtre, et líengin garde le cap díune faÁon trËs saineÖUn petit coup de volant, et il se remets droit. Nous filons ‡ une allure que je níai jamais atteinte dans ce cheminÖMon apprÈhension est passÈe, le confort que procure ce berceau est sidÈrant ! Le bug ne saute pas sur les obstacles, il les avaleÖ Je suis en train de me demander ‡ quoi je dois cette sensation : La compÈtence de pilote de Lionel ou les qualitÈ intrinsËques du bug ?

S˚rement les deuxÖ.PassÈ le petit village, nous nous engageons dans les bois, et l‡, jĂ­espËre quĂ­il va ralentirÖ Le chemin que nous abordons est plein dĂ­orniËres, Je constate alors que Lionel est un vrai piloteÖEt que cet engin permets une vraie conduite sportiveÖJe compare les gestes du conducteur aux sensations que me procurent les rÈactions de lĂ­enginÖCĂ­est sportif ! Lionel est concentrÈ, mais cela reste ÂŽ jouable ÂȘ (A cette vitesse avec le mien, jĂ­aurai dÈj‡ tout cassÈÖ)

On sort du bois en descendant un chemin dans lequel jĂ­ai failli me mettre ÂŽ minable ÂȘ avec le 175, on va aussi vite, mais Lionel me parle avec une seule main sur le volantÖJe suis assez effarÈ !
Il ralentit, síarrÍte, et me propose de prendre le volantÖ.

Je míinstalle, le siËge est rÈglable, mais les grands seront mieux ‡ leur aise que les petitsÖ (Je suis petit !) Jíai les jambes un peu flÈchies- position parfaite du bas- mais mes bras doivent se tendre pour que je puisse poser les mains sur le beau volant en conservant le dos calÈ au siËge. Bref, il manque 5cm ‡ la colonne de directionÖ (j espËre que vous reverrez cela !)

Les commandes sont identiques ‡ toute celles que líon connaÓt, en route !

Miracle ! Je ne sais pas pourquoi cette direction est un velours, dans la mesure ou la conception ne me semble pas diffÈrente de celle de la concurrence, mais je vous assure que ce train avant est un rÈgal. Le volant ne tremble pas, il nía pas tendance ‡ vous Èchapper des mains et pas trop de vibrations parasites entre vos mains et la routeÖ Cela reste un buggy, on est en relation Ètroite avec le terrain, mais de faÁon beaucoup plus agrÈable que tous les buggys conduits jusquíalorsÖ (4 PGO 150, 1DZ175)

Je me laisse un peu aller, cíest un rÈgal díen avoir sous le piedÖJe ne pousserai jamais líengin ‡ ses limites, mais je peux me rendre compte que la puissance est l‡. Je suis beaucoup plus vite quíavec le mien, dans des conditions de sÈcuritÈs sans rapports. Le fun est aussi au rendez vous ! Jíaborde un virage avec une trajectoire sous vireuse persuadÈ que líengin va dÈriverÖque nenni ! Je dois rectifier la trajectoire au milieu du virage pour ne pas trop manger líintÈrieur, et líengin, bonne patte, rÈpondsÖCa part un peu en travers, mais revient droit des que je remets les gaz ! Les pneus cross accrochent bien, la direction est ultra prÈcise !

DíaprËs Lionel, cíest surtout au berceau arriËre, qui gomme les soubresauts, que la direction se voit tant amÈliorÈe.
On síarrÍte dire bonjour ‡ mes copains exploitants, et jíen profite pour constater que les durites sont tiËdes, celle de dÈpart níest vraiment pas chaude, le gros radiateur est efficace ! On a roulÈ une heure, pas de chauffe, rien ! Lionel me certifie que líengin que je conduis est identique ‡ celui quíil livre, celui-ci a 100 kmÖ

Conclusion

Cet essai au volant me ravi, et me convainc beaucoup plus que líengin ‡ líarrÍt !
Pas facile díÈmettre une critique (si ce níest la position de conduite liÈ aux bras trop tendus).

Il faut dire que je suis fan du concept buggy de poche, que cet engin constitue un peu lĂ­aboutissement de ce qui peut Ítre proposÈ dans ce segment. JĂ­aurai probablement ÈtÈ convaincu par lĂ­essai du Bug Rider 250Ö Mais justement ! Maintenant cĂ­est s˚r, le PGO a un concurrent sÈrieux en la ÂŽ personne ÂȘ de lĂ­ALP 250Ö
Reste ‡ amÈliorer líesthÈtique et quelques dÈtails.

Mais ce qui est certain cíest qíALP a une avance considÈrable dans un domaine ou PGO est nul : Cíest le contact avec la clientËle !

Peggy et Lionel sont hyper disponibles, et ils sont membres B PAF maintenant, NíhÈsitez pas ‡ les contacter de notre part ! Vous aurez quelquíun ‡ vos cotÈs pour vous aider dans vos Èventuels problËmes.

De la mÍme faÁon, líusine chinoise amÈliore constamment le produit en fonction des conseils de nos amis importateurs.
Mon avis est quíALP vends un engin qui rÈpond ‡ líattente des buggystes en matiËre de puissance et de plaisir de conduite. Cet engin peut se rapprocher díune Èvolution du 250 Dazon, avec un ch‚ssis plus pointu (plus lÈger et avec un berceau inÈdit), sans problËme de chauffe apparent, avec des pÈriphÈriques adaptÈs ‡ líusage que nous voulons en faire (livrÈ avec des galets lÈgers, un pot Ixil, et la possibilitÈ díun variateur optionnel).

Bref cet engin mÈrite de rentrer dans la galerie B PAF et sera prÈsent au BPAF show du 02 octobre aux sables díOlonne.

DerniËre chose le numÈro de tel díALP :04 74 54 11 24 et 06 84 63 00 76

 
Recherche sur le site
Qui est en ligne
© 2020 Le site du BPAF - Buggy de Poche à Fond
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.