Accueil
clic !
photo_196_aurillac06.JPG

Baroudeur 1100cc (XY 1100 4x4) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par FranÁois Rouger   
29-01-2015

Article 50 du 25 janvier 2015-01-23 par F ROUGER et J.ESCUDIE

Essai du Baroudeur 1100cc AdrÈnaline Buggy Sport.
Du gaz Ö ‡ tous les Ètages†!


Aucune image

Jean Luc Morettini, le patron díadrÈnaline buggy sport, propose le Baroudeur 1100cc fabriquÈ en chine par Zhejiang Xinyang Industries (XY vehicules). Il síagit díun buggy propulsÈ par un moteur Cherry ÈquipÈ díun variateur. Ce choix de transmission permet-il díutiliser toute la puissance de ce moteur asiatique ? Quels avantages líutilisateur en tire-t-il ?



En roulant vers Narbonne je me rends compte que je níai pas fait líessai spÈcifique d'une machine depuis bientÙt quatre ansÖ Quatre annÈes de latence pour les essais du BPAF. MÍme si le petit monde du buggy síest un peu assoupi depuis 2010, le marchÈ níest pas restÈ immobile. Les nouveautÈs se sont faites rares, mais la qualitÈ des produits restants en vente en France, semble avoir progressÈ.

Les enseignes sÈrieuses qui continuent ‡ vendre du buggy en France sont† peu nombreuses. Le marchÈ síest plutÙt resserrÈ autour des SSV. A ce titre, les enseignes majeures du quad trustent les ventes. Concernant les buggies, les ventes síÈtiolent et se concentrent sur des engins de cylindrÈ consÈquente. Peu de vendeur sont encore crÈdibles, et dans ce contexte, il est trËs difficile de tenter díimposer un nouveau label.

Cíest pourtant ce challenge que Jean-Luc MORETINI relËve depuis maintenant un an.

Du stock et un bureau en chine, cíest le minimum pour espÈrer durer en tant quíimportateur.






Ce passionnÈ de sport mÈcanique et de randonnÈes vertes motorisÈes est díabord un membre du forum BPAF. Comme beaucoup díautres, Il est enthousiasmÈ par les sensations que procure le buggy. Il est vite confrontÈ aux soucis de beaucoup díutilisateurs de ces enginsÖ Construction hasardeuse, service aprËs vente chaotiqueÖ

Jean-Luc fait le choix díen apprendre plus sur les possibilitÈs díimportation de ces engins et il dÈcide de faire lui mÍme le pas de la commercialisation. Pour cela il va voir sur place quelles machines sont susceptibles de rÈpondre ‡ son cahier des charges. Il privilÈgie le contact avec les usines qui sauront nouer avec lui des relations de confiance.
Il síentoure díun agent chinois qui reste sur place, díune collaboratrice asiatique bilingue pour faciliter les Èchanges, et díun autre salariÈ pour líaider sur le pÙle mÈcanique.
Jean-Luc avance doucement. InterrogÈ sur sa philosophie commerciale, il nous confie quíil prÈfËre avancer des chiffres de vente cohÈrents aux chinois, afin de nouer des relations commerciales de confiance. Il renonce ‡†faire des promesses quíil ne pourra pas tenir, au profit de la signature de contrats ‡ court terme. Conscient de la lassitude des chinois vis-‡-vis des aventuriers de líimportation, Jean-Luc espËre que la sincÈritÈ et sa faÁon honnÍte díenvisager sa nouvelle activitÈ, sÈduira ses partenaires potentiels.


De ce fait, Mr Morettini est devenu le distributeur franÁais des buggies Joyner et XY (Zhejiang Xinyang). Pour líinstant sa gamme se dÈcline autour des Baroudeurs (XY 500 et 1100cc) et des Touareg (Joyner 800 et 1100cc). Il commercialise aussi des SSV et espËre dÈvelopper sa gamme dans ce secteur gr‚ce ‡ un 800cc inÈdit.



Jean-Luc et ses ®†bÈbÈs†ÂȘ qui nous ont accompagnÈs pendant lĂ­essai.






Allez†! On sort du lit aprËs le long voyage de la veille et nous partons avec Julien (Alding) rejoindre les terres de Jean-Luc dans le vignoble de Saint Chinian. Le show-room díAdrÈnaline sport est ‡ Sauvian, mais líatelier se trouve l‡, prÈs du parc naturel du haut Languedoc, ‡ líentrÈe díun terrain de jeu illimitÈ pour les buggies en manque de balade.





Le froid est vif, et nous nous Èquipons correctement pour nous rendre sur un terrain qui nous permettra de prendre un premier contact avec líengin que nous sommes venus tester.




Le tour du buggy

Le Baroudeur 1100cc, cĂ­est dĂ­abord une ®†gueule†ÂȘ. CĂ­est s˚r, quĂ­il ne laisse pas indiffÈrent. Le look est plutÙt avenant, mÍme si lĂ­arriËre est visuellement beaucoup moins rÈussi que lĂ­avant. Les phares sÈparÈs et lĂ­habillage plastique (qui semble trËs robuste au demeurant) rehaussent lĂ­allure du buggy et allËgent la ligne. MÍme si cela paraÓt inspirÈ du PGO 500 qui reste un modËle pour la plupart des buggies, cela tranche avec les sections de tube carrÈ qui encadrent lĂ­arriËre et qui alourdissent son allure de faÁon consÈquente.






Pourtant tout est ‡ sa place et líengin a bien líallure díun buggy tel que le BPAF le conÁoit.







Les dimensions de ce buggy sont ÈquilibrÈes†: un empattement de 230cm de moyeu ‡ moyeu pour une longueur hors tout avoisinant les 3m. Les trains roulant ont la mÍme taille ‡ líavant et ‡ líarriËre†: 163cm. Avec une garde au sol díun peu plus de 30cm, cet engin est armÈ pour le franchissement. La silhouette du Baroudeur reste ÈquilibrÈe puisque sa hauteur plafonne ‡ 150cm. Il est deux fois moins haut et large, que long. Toutefois le Baroudeur donne l'impression d'Ítre massif et trapu.
L'exemplaire que nous avons ‡ l'essai est bien ÈquipÈ, et ‡ priori, il sera livrÈ avec les ÈlÈments suivants: rampe lumineuse sur le toit, treuil ‡ l'avant avec rallonge pour la commande,roue de secours, vide-poche en tissu, demi pare-brise, filtre cyclonique, etc...




Aucune imageAucune image



Certains dÈtails sont les bienvenus telles les poignÈes de maintien pour le passager, ainsi que la bonne protection des jambes des personnes embarquÈes.



De mÍme, le coulisseau de la colonne de direction et l'assistance au freinage relËvent d'un certain raffinement. HÈlas, ces bons points sont pondÈrÈs par la qualitÈ perÁue de certains Èquipements et par leur montage.

Les connecteurs sont Ètanches, mais pas toujours bien guidÈs et maintenus.
La finition de la peinture est rustique, elle devrait gagner ‡ devenir comme celle du SSV de la mÍme usine, granuleuse et plus valorisante. Il paraÓt que cela est prÈvu. Certains ÈlÈments comme les plastiques, les vis apparentes, et le rÈservoir (de 40 litres) font un peu ®†nÈgligÈsÂȘ. Le pire reste cependant les commandes Èlectriques qui se satisfont de simples interrupteurs comme sur les antiques buggies 250cc...









Les baquets rouges et noirs vont bien ‡ l'engin. Ils sont montÈs dans de nombreux buggy et rempliront leur t‚che au niveau du confort et du maintien. Les ceintures 3 points devraient laisser leur place ‡ des harnais plus performants dans le futur.



CotÈ instrumentation, un compteur digital regroupe les informations essentielles. Le tout est sommaire, mais cela reste conforme ‡ ce que propose nombre d'autres buggies ‡ la vente.








Partie ch‚ssis

Le Baroudeur est ÈquipÈ de trains roulant ‡ double triangles superposÈs ‡ l'avant comme ‡ l'arriËre. Les triangles avant reÁoivent une protection. C'est une conception cohÈrente qui souligne le caractËre sportif de l'engin. La transmission finale est assurÈe par des cardans qui gardent un angle compatible avec leur fonctionnement.









La conception de ces ÈlÈments paraÓt rustique, mais efficace compte tenu de la section des tubes utilisÈs. Si cela ne respire pas le raffinement, au moins cela paraÓt solide. Les pivots sont ÈquipÈs de graisseurs et le montage nous paraÓt conforme ‡ un bon fonctionnement, mÍme si l'aspect de l'ensemble n'est pas rutilant du fait du vÈcu du vÈhicule de dÈmonstration mis ‡ notre disposition.

L'amortissement est confiÈ ‡ des combinÈs filetÈs rÈglables ‡ gaz. Ils ont assurÈ leur rÙle tout au long de la journÈe, tant en terme de confort que d'efficacitÈ.








A noter: c'est la premiËre fois que je vois un buggy ÈquipÈ d'un freinage assistÈ. De ce fait, le Baroudeur est le buggy le plus facile ‡ arrÍter que j'ai jamais eu l'occasion de piloter. Le ®†mordant†ÂȘ au freinage est un des gros points positif de cette machine.








CotÈ ch‚ssis, le reste est sans surprise par rapport au XY 500. Que ce soit par la dimension des tubes ou par sa conception, le buggy respire la soliditÈ. Une certaine lourdeur se dÈgage d'ailleurs de sa silhouette. De fait, avec 550kg, ce buggy reste assez pesant. C'est la contrepartie, de la soliditÈ affichÈe par sa conception.

Le Baroudeur embarque un moteur Cherry ‡ injection 16 soupapes, largement utilisÈ par d'autres vÈhicules. Il possËde dÈj‡ une bonne rÈputation de fiabilitÈ. Il n'y a aucune raison que cela soit remis en cause pour le Baroudeur.
En position longitudinale arriËre, il est fixÈ au berceau par quatre silentblocs en caoutchouc. Le refroidissement est assurÈ par un radiateur fixÈ ‡ l'avant du vÈhicule. Cela est salutaire, tant en terme d'efficacitÈ que de rÈpartition des masses ou de design.








La boite ‡ air est accessible, simple et efficace. D'une maniËre gÈnÈrale, l'accessibilitÈ est bonne pour l'entretien courant. L'accËs au variateur nÈcessitera le dÈmontage des siËges. La ligne d'Èchappement est courte. Le silencieux est placÈ en travers. La cartouche du nÙtre devait Ítre vidÈe de ses chicanes. EnchantÈ au dÈpart par le feulement sportif du 4 cylindres nous avons trouvÈ cela fatiguant en fin de journÈe.





On embarque!
DÈj‡, il fait froid! L'Èquipement nÈcessaire pour rÈsister aux tempÈratures ne facilite pas le rÈglage de tout ce qui fait le confort lors d'une sortie ®†buggy†ÂȘ. Gros gants, cagoule, combinaison et blouson, cela n'aide pas ‡ trouver le meilleur rÈglage du siËge ou de la ceinture. Qu'‡ cela ne tienne! Autant le passager est choyÈ avec les poignÈes pour embarquer et se tenir, autant le pilote reste perplexe sur le rÈglage du siËge compte tenu de la position du volant et des pÈdales. Pour les grands pilotes, le siËge n'est pas assez reculÈ quand les bras sont ‡ bonne distance du volant. Les genoux viennent alors de part et d'autre du volant... Pour les plus petites tailles, lorsque les pieds sont ‡ bonne distance des pÈdales, les bras sont alors un peu courts pour Ítre ‡ l'aise dans le maniement du cerceau...
Bref... La distance pÈdale/volant est ÈtudiÈe pour des gabarits asiatiques: petites jambes par rapport au buste.
Il manque Ègalement des cale-pieds pour les passagers. Un pour le pied gauche du pilote, et une marche pour le passager afin que le petit coin mÈnagÈ de son cotÈ du tunnel de transmission soit plus confortable.
Bon! Tout cela n'est tout de mÍme pas rÈdhibitoire et je peux accÈder aux divers interrupteurs tout en Ètant sanglÈ, ouf! Un tour de clef, le moteur dÈmarre tout de suite. Le son est une invitation au voyage: le doux feulement d'une mÈcanique ®†prÍte ‡ en donner†ÂȘ
Je desserre le frein ‡ main, et c'est parti!













Une pression sur la pÈdale, le moteur prend immÈdiatement ses tours. Beaucoup de tours. Le buggy s'Èbroue avec gentillesse, sans heurt mais avec des bruits de sifflement perceptibles provenant du variateur. Il y a un vrai dÈcalage entre la sensation donnÈe par le bruit du moteur et celle donnÈe par la poussÈe du buggy. En fait le variateur joue parfaitement son rÙle. Il laisse le moteur monter dans les tours, l‡ o˘ est sa puissance. Mais il ne la restitue que progressivement et de faÁon linÈaire.
Cela est bluffant d'efficacitÈ, mais finit par dÈrouter. Je prendrai l'habitude d'appuyer sur l'accÈlÈrateur pour arracher le buggy ‡ l'inertie, puis de rel‚cher la pÈdale afin que l'engin se cale sur une vitesse et que le moteur ne ®†mouline†ÂȘ pas trop dans notre dos. Jean-Luc nous a confiÈ disposer en option, d'un autre variateur qui fonctionne sur une plage de rÈgime moteur plus adaptÈe.




Nous nous trouvons dans une petite carriËre prÈs d'un cours d'eau, et nous allons pouvoir ici tester les capacitÈs de franchissement du Baroudeur. Franchement, celles-ci sont Ènormes. Rien ne paraÓt pouvoir arrÍter cet engin. Le variateur restitue une motricitÈ parfaite. MÍme en deux roues motrices, les grosses pentes sont avalÈes par la puissance du moteur.


C'est un vÈritable tracteur, et mÍme si notre modËle d'essai ne disposait pas du blocage de diffÈrentiel avant, aucun obstacle n'a vÈritablement pu arrÍter notre buggy... Le diffÈrentiel arriËre bloquÈ a suffi pour venir ‡ bout des difficultÈs que nous avons imposÈes au Baroudeur.



Les exercices de croisements de ponts sont une formalitÈ et les limites seront encore repoussÈes lorsque le pilote pourra bloquer le diffÈrentiel avant.


CotÈ maniabilitÈ, le Baroudeur pourraÓt faire mieux, on ne peut pas dire qu'il est remarquable d'agilitÈ. Pourtant, le volant ne nÈcessite que deux tours pour aller de butÈe ‡ butÈe. Dans tous les cas, compte tenu de la douceur des commandes et des capacitÈs de franchissement, le Baroudeur saura rester efficace pour vous sortir des mauvais pas. Il faudra alors que vous composiez avec le volant et sa mauvaise position, ainsi qu'avec la boite de transfert, ‡ la commande rude mais prÈcise, pour finir par passer par le trou de souris que vous aurez visÈ.



Un gros trou? Une belle branche? Notre grizzli avale tout cela avec placiditÈ...







Un petit bain pour finir la matinÈe.



La randonnÈe

C'est pour cela que ce buggy semble Ítre fait: rouler longtemps, vite, avec la possibilitÈ de passer les obstacles qui pourraient se prÈsenter sur sa route. De ce fait, les parties goudronnÈes de notre parcours nous ont permis de cerner un peu le caractËre de notre engin. C'est un rÈgal de confort au niveau du roulage. L'amortissement est prÈvenant. Par contre, la position de conduite pÈnalisÈe par la mauvaise ergonomie du volant deviendra agaÁante. Tout comme la position de la pÈdale de frein trop haute et dÈcalÈe par rapport ‡ l'accÈlÈrateur.

CotÈ dynamique, le buggy accuse un roulis consÈquent mais jamais inquiÈtant. Il paraÓt plus sous-vireur que l'inverse, cela est rassurant pour la sÈcuritÈ, mais lui enlËve le caractËre ®†fun†ÂȘ que nous aimons bien dans cette activitÈ. La puissance est telle, qu'il vaut peut-Ítre mieux que ce cÙtÈ joueur soit lissÈ par le variateur qui donne la puissance non pas directement au grÈ de l'accÈlÈrateur, mais par le biais des joues mobiles qui restituent la puissance de faÁon policÈe et contrÙlÈe. D'ailleurs ce dÈcalage, entre le moment o˘ l'on appuie sur la pÈdale et que le moteur devient rageur, et la faÁon dont le buggy est propulsÈ vers l'avant, demande une certaine habitude pour le pilotage.

La randonnÈe dans le Saint-Chinianais nous ouvre les portes de la Montagne Noire. Le paysage est magnifique et le Baroudeur nous emmËne tranquillement sur son couple de mammouth ‡ travers ces paysages.


Sur le terrain privÈ o˘ nous avons tentÈ d'atteindre les limites de cet engin, nous avons ÈtÈ dÈcontenancÈs par la formidable stabilitÈ de ce buggy. Il est trËs difficile de le mettre ‡ la faute.

Et avant de le faire glisser, beaucoup de caillasses auront d˚ voler...

L'appui que peut prendre ce buggy sur son train arriËre sans que la roue avant opposÈe ne dÈcolle, est impressionnant. Il est stable. Cette stabilitÈ est ÈpaulÈe par le meilleur freinage que j'ai pu constater sur un buggy. L'effort ‡ effectuer sur la pÈdale pour bloquer le buggy est minime. Le freinage est vraiment efficace et il est ÈpaulÈ par un frein moteur qui existe et qui reste utilisable. Comme avec tout variateur, lors d'un freinage d'urgence, des grincements et des bruits de transmission sont gÈnÈrÈs le temps que la courroie reprenne sa position dans les gorges mobiles.

Qu'‡ cela ne tienne... Un appui franc du pied droit, un coup de volant au bon moment, le buggy finit par glisser pour nous montrer que ses limites sont vraiment loin... GAZZZZZZZZZ! Et gr‚ce au vario, c'est gaz ‡ tous les Ètages tellement la puissance est dÈlivrÈe de faÁon linÈaire et progressive. On finit par aller trËs vite, sans vraiment s'en rendre compte. Une efficacitÈ redoutable! Mais de ce fait, le pilotage perd en sensations, ce qu'il gagne en rentabilitÈ.




Pour finir, nous reprenons le cours de notre randonnÈe placide o˘ les qualitÈs du Baroudeur s'apprÈcient sur un filet de gaz. Le confort est alors royal, le moteur Ètant dans un rÈgime qui reste paisible.



En continuant notre pÈriple nous aurons ‡ croiser pacifiquement un groupe de chasseurs et le buggy nous emmËnera confortablement ‡ travers les kilomËtres de garrigue. Pour finir, c'est vÈritablement un plaisir de randonner dans ce coin de paradis pour le buggy. Les paysages sont magnifiques.


Notre pÈriple se terminera sur une colline coiffÈe par un antique moulin ‡ vent, devant les contreforts des montagnes noires de Mazamet.


Conclusion

Le baroudeur 1100 d'Adrenaline Buggy Sport, est le seul buggy 4x4 qui est motorisÈ par un moteur aussi puissant. A ce titre, son efficacitÈ en terme de motricitÈ est vraiment impressionnante.
A l'usage, la transmission par variateur gÈnËre du bruit auquel il faut s'habituer. D'autant plus que le moteur ‡ tendance ‡ monter d'abord dans les tours, avant que le rÈgime ne se cale en fonction de la vitesse prise. L'intÈrÍt du variateur est rÈel, la puissance est restituÈe de faÁon linÈaire et contrÙlÈe par le jeu des flasques mobiles. De ce fait, le pilote n'est jamais pris en dÈfaut par l'arrivÈe de la puissance aux roues. Le Baroudeur est policÈ, malgrÈ l'Ènorme sensation de poussÈe et d'accÈlÈration qu'il procure. Reste que le variateur doit Ítre au niveau pour assurer la fiabilitÈ dans le temps. A ce titre il est ‡ noter que plusieurs niveaux de prÈparation du vario canadien V TECH sont prÈvus en fonction de ce que le client dÈsirera. Nous vous conseillons de ne pas faire l'impasse sur la qualitÈ de cet ÈlÈment technique dont dÈpendra la longÈvitÈ et l'agrÈment de votre engin.
Assez lourd, et avec ce comportement moteur placide, le XY 1100cc est collÈ ‡ la route. C'est un buggy trËs stable qui ne doit pas vous effrayer. Il est difficile de le faire glisser de l'arriËre sans jouer du transfert de masse. En charge, le train avant reste collÈ au sol. C'est un buggy trËs sÈcurisant, comme en tÈmoigne son freinage de haut niveau.
Par contre, ce qu'il gagne en stabilitÈ il le perd en agilitÈ. On ne peut pas avoir le beurre, et l'argent du beurre... Vous ne roulerez pas dans un guÈpard, mais vous chevaucherez plutÙt un bison amÈricain que -presque- rien ne pourra arrÍter.




Points forts

Points faibles.

- Freinage trËs puissant
- Confort de l'amortissement
- Puissance moteur
- StabilitÈ
- PossibilitÈ de transmission intÈgrale
- Look ÈquilibrÈ rÈussi
- Niveau d'Èquipement d'origine.

- Finition/qualitÈ perÁue de certains organes (peinture, commodos,...)
- Hauteur/profondeur du volant (position de conduite)
- Niveau de bruit de fonctionnement global.
- Comportement peu dynamique en utilisation sportive.




 
Recherche sur le site
Qui est en ligne
© 2020 Le site du BPAF - Buggy de Poche à Fond
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.