SSV Trophy 2009 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Nuts06   
22-09-2009
1er SSV-BUGGY TROPHY :  La course vue de l’intérieur

Texte : F. Benedetti  /  Photos : L. Main


IMG0171.JPG


  Depuis toujours, quand on met un groupe de mecs ensemble, tôt ou tard ils mesurent leurs engins. Pourtant, alors que nos SSV et Buggys ont déjà quelques années d’existence, aucune épreuve spécifique n’avait vu le jour jusqu’à maintenant. CompeQuad comble ce vide en osant organiser le premier trophée réunissant nos drôles de machines. Nous étions à la première des 5 épreuves prévues cette saison !




Parc coureurs:Arrivée tranquille le samedi après-midi avec mon buggy en remorque. A peine garé, je saute de la voiture pour faire le tour des participants. Un coup d’œil innocent aux plaques d’immatriculations me révèle que beaucoup de sudistes n’ont pas hésité à faire plus de 600 km pour être de la fête. Comme il fallait s’y attendre, le SSV vedette de Polaris est largement représenté. Au milieu de modèles à peu près standards, on reconnaît des RZR du Monaco Quad Master (LMDQ N° 66) avec leurs trains élargis Lonestar, là un très récent RZR-S, ici un magnifique série limitée amélioré d’un Turbo, ou encore un RZR à peine identifiable car métamorphosé en bête de course façon Baja sud-américaine.L’emblème historique des SSV, le Yamaha RHINO est logiquement présent aussi grâce à une paire de spécimens radicalement opposés : Un basique « vert agricole »  parfaitement d’origine et un sophistiqué « vert fluo » vitrine de tout ce qui peut exister en pièces « Made in USA ».Coté buggy, la diversité des marques prédomine. Je retrouve avec joie le GINOMOTO gagnant de la dernière Transafricaine dans sa catégorie (LMDQ N°65). Plus loin, ALP-IMPORT engage son nouveau 800cc quasiment d’origine ainsi qu’un équipage féminin au volant du buggy «  Rallye des Gazelles ». ICHIBAN a carrément déplacé l’impressionnant Raider RS développé initialement pour les Rallyes-Raid internationaux. Et au milieu de tout cela, mon petit BOOXT 650 perso !Bref, l’amateur de belles mécaniques ne regrette pas le détour…Même si, pour ma part, je commence à douter de mes capacités à les affronter bientôt sur la piste !

Prologue: Direction le commissariat de course. Les formalités d’usage sont faciles et vite expédiées : Le permis de conduire et un certificat médical suffisent. Vient ensuite, le contrôle technique du SSV ou du Buggy. Pas très contraignant. L’attention porte surtout sur la sécurité : Coupe-circuit, harnais, casque… Mais la pose du transpondeur et des numéros de course rappellent qu’il s’agit d’une véritable compétition. Au vote général, les équipages choisissent de tester la piste immédiatement. Un circuit de 2,5 km qui débute par une grande prairie dans laquelle est tracée une succession de virages serrés et qui se termine par l’étroite traversée d’un bois. La journée continue par une épreuve trial assez décontractée. Les SSV prouvent leurs étonnantes capacités pendant que les buggys préfèrent s’économiser pour le lendemain. Finalement, tous se rassemblent en fin de soirée autour d’un sympathique repas en plein air. Et devinez de quoi parle-t-on à table ?

IMG_1210.jpg
 
Odeur de poudre:Rendez-vous sur le près au petit matin, armé d’un SSV ou d’un buggy et accompagné d’un témoin… Pas encore bien réveillé, je me retrouve casqué, sanglé dans un baquet, et entouré de filets de protection. L’angoisse continue de monter et je me demande si c’était une si bonne idée. Pour me rassurer, je me tourne vers Thierry, mon co-équipier. Quoi qu’ils en disent il semble aussi tendu que moi. Nous sommes au milieu de la grille de départ. Les places ont été déterminées par les 45 min. de qualifications qui se sont tenues un peu plus tôt. Soudain, le commissaire de course fait un signe. Les moteurs rugissent me rappelant, autour de moi, le tas de furieux dans des engins de fous. Pour éviter les carambolages dès la première courbe, chaque ligne part à 20 s d’écart. Goooo ! En un instant, les doutes et les craintes s’envolent. Dans le buggy nous retrouvons nos 14 ans et les courses de mobylette endiablées. Une cure de jouvence, de 2 fois 1 h 30, à conseiller pour tous ! 

IMG_0233a.JPG







 

Attention, on tourne:
Rapidement les RZR se détachent et imposent un rythme soutenu.
Nécessairement, je me persuade que le terrain avantage ces excellentes machines. Les buggys perdent du temps à contrôler leur glisse alors que les SSV conservent imperturbablement la trajectoire idéale…

IMG_0566.JPG




Nécessairement, je me persuade que le terrain avantage ces excellentes machines. Les buggys perdent du temps à contrôler leur glisse alors que les SSV conservent imperturbablement la trajectoire idéale…

       ... du moins, tant que les 4 roues restent au sol !
IMG_0987a.JPG

















Dès que la fatigue se fait sentir, ou que l’équipier devient trop impatient, on s’arrête aux stands pour inverser pilote et co-pilote. Quelques secondes de répit, quelques mots échangés « Tu freines toi ? » avant de repartir à fond. Tiens au fait, j’étais convaincu avoir peur en passager de mon propre buggy. Et bien non : Que du bonheur ! Le drapeau à damier s’abaisse trop vite et c’est la pause déjeuner.
Une révision rapide du matériel et, pendant le repas, une révision de notre stratégie Nous décidons de limiter les passages aux stands. Chacun pilotera la moitié de la manche. Nous oublions aussi les SSV pour viser une place au classement Buggy.Second départ : Cette fois aucun stress, ni aucun doute. Il ne reste réellement que l’excitation et le plaisir, au point que lorsque le drapeau à damier s’abaisse pour la seconde fois, les 3 heures de course nous ont parues trop courtes. D’ailleurs, Thierry aurait bien fait un tour de plus ! 

IMG_0690.JPG


Remise des prix:
Le nombre de tours totalisé pendant les 2 manches détermine le classement. Le chrono départage les ex-aequo. Une remise des coupes dans les règles de l’art couronne cette compétition amicale : Podium, coupe, photographe et bises.

IMG_1497.jpg




Bien sur, les mieux classés ont une bonne machine, un bon coup de volant, une bonne forme physique (et sans doute un peu de chance). Mais la stratégie, l’endurance et la régularité payent aussi et chacun a l’opportunité de figurer honorablement. A noter, par exemple, le prix du « fair-play » remis à l’équipe que rouler fait sourire en toutes circonstance. Pour tous, primés ou non, ce week-end fut une sacrée décharge d’adrénaline qu’il faudra plusieurs jours pour diluer.
 Un savant mélange entre convivialité et ambiance course, associé à des organisateurs à l’écoute des participants, laissent présager d’une épreuve taillée sur mesure et qui ira en se bonifiant. Et puis, à un moment où il devient difficile d’exploiter pleinement nos machines sur chemins ouverts, la compétition sur circuits fermés n’est-elle pas une alternative séduisante !









Et la prochaine ?
La seconde épreuve se tiendra le week-end des 4 et 5 juillet au Domaine de FONTFREDE à Collongues (06). Elle est évidemment ouverte à tous et à toutes. D’ailleurs, le circuit devrait être spécialement remodelé pour ne pas être cassant et équilibrer les chances des Buggys par rapport aux SSV. Les spectateurs seront à l’honneur avec un espace exposants et des points de vue spectaculaires en bord de piste.

En guise de suprise quelques VIP sont attendus !!!
 
 
Recherche sur le site
Qui est en ligne
© 2017 Le site du BPAF - Buggy de Poche à Fond
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.